Comment faire son shampoing naturel bio maison ?

Comment faire son shampoing naturel bio maison ?

Sommaire de cet article

Préparer son atelier pour faire son shampoing maison

Avant de se lancer, les précautions indispensables à prendre !

Comment faire un shampoing liquide au savon de Marseille

Un lavant simple, naturel et rapide à fabriquer !

Comment fabriquer un shampoing liquide pour cheveux gras ou cheveux secs

Un peu de chimie !

Faire son shamp’oeuf ?

Un lavant sorti tout droit de tes placards !

Comment faire son shampoing à l’argile ?

Un lavant sorti tout droit de tes placards !

Comment faire son shampoing au bicarbonate de soude ?

Un lavant sorti tout droit de tes placards !

Comment faire un water only ?

Un lavant sorti tout droit de tes placards !

Comment faire un masque lavant au sidr, rhassoul, reetha ou shikakai

Les plus efficaces !

Personnaliser son shampoing maison !

Ajoutez des actifs nourrissants, hydratants et des protéines.

Dans une routine naturelle, tu peux utiliser des produits lavants faits maison comme l’œuf ou le rhassoul par exemple, ou des shampoing du commerce. Bien sûr les premiers sont plus écologiques, mais il faut bien l’avouer, les shampoings maison sont longs et parfois fastidieux à appliquer !
Dans ma propre routine, j’alterne entre shampoings bio du commerce et shampoings faits maison. J’utilise les shampoings liquides (peu de shampoings solides), pour rincer mes bains d’huile et quand je n’ai pas le temps ou l’énergie de préparer mon shampoing aux poudres.
J’utilise beaucoup les shampoings aux poudres DIY pour réguler le sébum de mes cheveux gras ou pour faire un soin du cuir chevelu. Il est très facile de les customiser en fonction de ta problématique avec des actifs hydratants ou des huiles essentielles. Pour cette raison, que tu aies les cheveux fins, longs, épais, ondulés, afro ou bouclés, il y a forcément des recettes maison pour toi !

recettes-shampoing-naturel
Utiliser les différents types de lavants me permet d’avoir les avantages des deux. C’est vraiment avec ces deux types de produits que mes cheveux sont les plus beaux, brillants et doux. Mon cuir chevelu gras est mieux régulé, sans pellicules ni démangeaisons.
Si tu ne sais pas trop comment se passe le naturel et que tu as plein de questions, mon guide gratuit va sûrement t’aider en posant les bases (et en t’empêchant de tomber dans les pièges à cause des fausses idées qui circulent sur le net !). Tu as aussi cet article, pour la transition naturelle en elle-même :). Tous les conseils que je donne dans ce site sont le résultat d’une expérience personnelle, mais surtout de mes années de coachings et de recherches constantes.

Faire ses produits d’hygiène et cosmétique à de gros avantages :

  • bien contrôler les ingrédients, qu’ils soient 100% naturels et sans produits chimiques
  • faire des économies, surtout avec les ingrédients de la cuisine
  • personnaliser ses produits à ta peau, cheveux
  • aller vers une consommation zéro-déchet
  • faire ses propres produits est particulièrement gratifiant

Je ne vais pas te cacher que fabriquer soi-même son shampoing est plus long que d’ouvrir une simple bouteille, mais il y a des recettes de shampoings et d’après-shampoings rapides et faciles à réaliser. Les shampoings maison aux poudres par exemple se font 5 minutes. Seule l’application est un peu plus longue. Personnellement, j’essaie de penser ces masques lavants en « rituels » beauté auxquels je consacre un peu de temps. Tout est une question de point de vue !

Quelles précautions à prendre pour fabriquer son shampoing ?

Se réserver son coin atelier DIY

Que ce soit shampoings, après-shampoing, dentifrice ou déodorant, dans l’excitation de pouvoir créer soi-même, on a tendance à en oublier des règles simples d’hygiène et d’ergonomie. Avant de transformer toute ta cuisine en laboratoire de cosmétique DIY, essaye plutôt de te réserver un petit coin qui sera dédié à ta popotte. Il sera certainement un peu sali : certains ingrédients, comme les argiles, sont volatiles et on a tendance à en mettre partout. Attention également au contact avec les autres membres de la famille : certaines poudres ayurvédiques (j’éternue à chaque fois que je sors ma reetha), lorsqu’elles sont sèches, sont un peu agressives pour les voies respiratoires et les yeux. Il font donc en éloigner les enfants pour éviter les petits épisodes malheureux.
Pour les recettes de shampoings liquides, tu auras besoin de matériel un peu pointu comme une balance de cuisine au gramme par exemple. Pour les lavants naturels, c’est loin d’être de la précision de chimiste par contre !

Des règles d’hygiène à respecter pour fabriquer ton shampoing maison

Maintenant que tu as ton petit espace DIY, assurez-toi qu’il est bien propre. Si tu recycles des anciens contenants (flacons, bouteilles de shampoing), veillez à bien les nettoyer, voire les désinfecter et les stériliser (10 min dans une eau bouillante puis séchage à l’aide d’un linge propre ou rinçage à l’alcool puis séchage à l’air). Pour finir, lave-toi bien les mains avant de débuter. Fabriquer son shampoing maison n’est certes pas de la chimie lourde (quoique…) mais certains ingrédients sont sensibles aux bactéries et champignons qui écourteront la durée de vie de tes DIY.

Attention aux allergies, même dans le naturel

Le naturel ne protège pas des réactions physiques violentes. Vérifiez que nous n’êtes pas allergique aux ingrédients que tu veux utiliser. En effet qui dit naturel ne veut pas dire forcément inoffensif. Avant de commencer une recette, tu peux tester chacun des ingrédients sur une petite partie de votre peau pour t’assurer que tu les tolères bien.
Avant de tester votre shampoing fait maison sur votre tête, procédez de même sur le pli du coude pendant 48h avant l’essai à « taille réelle ».
C’est particulièrement vrai pour les huiles essentielles. Ces extraits de plantes recèlent de nombreuses propriétés mais sont extrêmement concentrées. Il faut donc respecter les dosages (quelques gouttes suffisent dans tes préparations)

Quels ingrédients pour quels cheveux ?

Beaucoup se plaignent que les shampoings bio ne marchent pas sur elles. C’est parce que le naturel est plus délicat à utiliser et qu’il faut trouver les bons ingrédients et les bons dosages ! Telle ou telle formule va faire une crinière de rêve à votre sœur, mais sur toi ce sera cheveux poisseux et secs ! Au delà de la tolérance dermatologique, pose-toi la question des ingrédients de la recette et des besoins de tes cheveux. Par exemple, mes cheveux n’apprécient pas les humectants, je vais donc éviter de mettre de l’aloe vera ou de la glycérine dans ma recette de shampoing maison.
Idem pour les huiles : les cheveux fins les tolèrent moins bien. Si c’est votre cas, allégez la quantité d’huiles et intégrez-les plutôt en avant-shampoing.

Le shampoing lave, les soins hydratent et nourrissent

Lorsque l’on passe au no-poo ou au naturel, il y a un principe qu’il faut comprendre : le shampoings lave et c’est tout. Les shampoings 3 en 1 démêlants, nourrissants… sont avant tout du marketing. Le shampoing naturel a pour fonction de laver en douceur. Bien sûr votre shampoing fait maison peut avoir une touche en plus, mais si tu veux vraiment nourrir et hydrater, séparer les soins sera bien plus efficace. Ce sera le rôle des masques, bains d’huile et après-shampoings, qui sont très faciles à fabriquer soi-même.

La recette du shampooing au savon de Marseille ?

Ingrédients pour cheveux secs

  • 20% de savon de Marseille ou de Castille
  • 5% d’huile végétale (jojoba, sésame, olive…)
  • 5% de miel
  • 1% de conservateur naturel (cosgard ou extrait de pépins de raisin)
  • le reste d’eau

Ingrédients pour cheveux gras

  • 35% de savon de Marseille ou de Castille
  • 5% de miel
  • 1% de conservateur naturel (cosgard ou extrait de pépins de raisin)
  • le reste d’eau

Ingrédients pour cheveux abimés

  • 20% de savon de Marseille ou de Castille
  • 5% de miel
  • 5% d’huile végétale de jojoba par exemple
  • 1% de protéines hydrolysées (protéines de riz, soie ou blé).
  • 1% de conservateur naturel (cosgard ou extrait de pépins de raisin)
  • le reste d’eau

Préparation facile et rapide

  • dans un grand bol, diluer le miel dans le savon de Marseille
  • ajouter l’huile et bien mélanger
  • ajouter le reste des ingrédients en prenant bien soin de ne pas surdoser les protéines
  • transférer le mélange dans une bouteille ou un saucier, c’est prêt-à-l’emploi !

Tu veux enfin comprendre les bases du naturel ?

Que veut dire hydrater, nourrir, que sont la porosité et les cheveux poisseux ou encore quels sont les soins d’une routine naturelle et dans quel ordre les poser… Débutante au naturel ou plus aguerrie, je sais que tout le monde se pose ces questions, avec de vraies réponses pas souvent faciles à dénicher sur le net. Et pourtant ces infos sont fondametales pour comprendre le naturel. N’hésite pas à télécharger ce petit guide indispensable, c’est un cadeau de ma part à ta crinière pour qu’elle soit (bien) libérée !

Et en bonus : les 10 fausses idées sur le cheveu naturel… Et qui te mettent, toi, dans l’erreur ! A lire absolument pour éviter les pièges qui t’empêchent d’avancer.

Télécharger le guide gratuit

guide gratuit Crinière Libérée

La recette du shampoing liquide à l’avoine

Je préfère t’avertir dès le début : le shampoing liquide comme on le connaît est un pur produit de synthèse. Donc fabriqué en laboratoire. Ses agents lavants, les tensioactifs d’origine végétale (coco, sucre) ou minérale (pétrole) sont des substances nées de la chimie, même de la « chimie verte ». Il est tout à fait possible de faire un shampoing liquide à bonne composition soi-même, mais pas à 100% des ingrédients. Cependant tu peux t’en approcher en customisant une base lavante neutre ou des tensioactifs comme je vais l’expliquer dans la suite de cet article. Cependant il faut bien respecter la recette et surtout les pourcentages des ingrédients pour éviter d’avoir un produit trop irritant, une bonne texture, stabiliser la formule et assurer une bonne conservation du cosmétique. Mais qu’est-ce qu’on ne ferait pas pas pour avoir une crinière de lionne ? Surtout si on peut garder l’aspect DIY et une expérience sensorielle quasi identique au conventionnel…

Je te présente ici ma recette favorite de shampoing liquide inspirée de celle de Dimension Flo qui est la meilleure que j’ai trouvé jusqu’ici.
La base est complète et stable, je te présente juste des variantes pour coller aux besoins de ton cuir chevelu et de tes longueurs. Par contre, je préfère te prévenir qu’on rentre ici dans une recette d’une plus grande difficulté que celles présentées avant ou après… Tu acceptes le défi ? Alors allons-y !

La formule du shampoing liquide maison :

  • la base lavante : un mélange de tensioactifs moussants et d’autres épaississants à parts égales.
  • une phase aqueuse : au plus basique de l’eau, sinon, les possibilités sont infinies ! Hydrolats, infusions pourront apporter une action en plus à votre shampoing maison. J’ai choisi de te présenter ici le lait d’avoine en option car c’est vraiment un excellent ingrédient pour démêler.
  • un ou des agents hydratants : les tensioactifs sont toujours asséchants, c’est pour cela des les humectants sont quasiment indispensables dans la formulation. Flo utilise de la glycérine végétale, choix que j’approuve car c’est un humectant puissant et économique car il n’en nécessite qu’une toute petite dose.
  • un ou des agents nourrissants : idem.
  • les conservateurs : antifongiques, ils sont indispensable avec une phase aqueuse.
  • les ajusteurs de pH : les tensioactifs ayant trop basiques, il est indispensable de rééquilibrer le pH du shampoing qui doit être plutôt acide pour coller à celui du cuir chevelu et refermer les cuticules du cheveu.
  • un gélifiant pour améliorer la texture du produit final
  • en option : des actifs cosmétiques (je te recommande les protéines hydrolysées pour les cheveux abimés), fragrances ou huiles essentielles
  • des bandelettes de pH

Note : dans toute formule de shampoing liquide, seuls les tensioactifs, les régulateurs de pH et les conservateurs sont indispensables (ne surtout pas faire l’impasse sur le pH !). Si tu veux supprimer des ingrédients de la liste, intégre leur pourcentage dans la phase aqueuse. Mais je ne te le conseille pas du tout : sans les actifs soins, ton lavant risque d’être asséchant. Les tensioactifs, même d’origine végétale et très doux, restent des produits détergents.

Les ingrédients pour cheveux gras

Les cheveux gras ayant besoin d’une formule la plus légère possible pour éviter d’être alourdis et poisseux, j’ai adapté la recette :

  • 12% de decyl glucoside
  • 12% de coco glucoside ou de lauryl glucoside
  • 59% de phase aqueuse (eau ou hydrolat de genévrier, lavande fine par exemple)
  • 5% de jus de citron
  • entre 2 et 3,25% d’acide citrique en fonction des ingrédients utilisés
  • 1,5% de glycérine végétale
  • 3% d’huile végétale (je recommande jojoba ou noisette qui sont sébo-régulatrices)
  • 1% de protéines de soie
  • 1% d’actifs cosmétiques divers (parfum)
  • 1% environ de cosgard ou d’extrait de pépins de pamplemousse
  • 1% de gomme xanthane

Les ingrédients pour cheveux secs

Les cheveux secs vont normalement avec un cuir chevelu qui ne produit pas beaucoup de sébum. Ils ont donc besoin d’un lavant moins détergent, et plus riche en ingrédients hydratants, nourrissants et protéines.

  • 8% de decyl glucoside
  • 8% de coco glucoside ou de lauryl glucoside
  • 64% de phase aqueuse (eau ou hydrolat de genévrier, lavande fine par exemple)
  • 5% de jus de citron
  • 3% de glycérine végétale
  • 5% d’huile végétale (je recommande jojoba ou noisette qui sont sébo-régulatrices)
  • 1% de protéines de soie
  • 1% d’actifs cosmétiques divers (parfum)
  • 1% environ de cosgard ou d’extrait de pépins de pamplemousse
  • 1% de gomme xanthane
  • entre 2 et 3,25% d’acide citrique en fonction des ingrédients utilisés

Les étapes de fabrication du shampoing liquide home-made à l’avoine

Première étape : faire la phase aqueuse

En option : faire la crème d’avoine

La crème d’avoine est un excellent produit : démêlante, hydratante elle est facile à faire soi-même pour pas cher, entièrement biodégradable et locale. Que demander de plus ! Si tu as l’intention de l’intégrer dans ta recette de shampoing maison, je te conseille de la tester avant en tant qu’après-shampoing. Si tes cheveux ne l’apprécient pas, remplace-là par d’autres actifs que tes cheveux aiment ou juste par de l’eau ou un hydrolat (rose ou romarin pour ce citer qu’eux).

Pour faire ton lait d’avoine, il te faut des flocons d’avoine (on en trouve de plus en plus en vrac), et de l’eau. La proportion est de 1 cuillère à soupe de flocons pour 100ml d’eau. Pour fabriquer ta crème :

  • porter à ébullition l’eau puis ajouter l’avoine en baissant à feu doux
  • laisser cuire de 5 à 10 min en fonction de la quantité
  • mélanger régulièrement
  • lorsque ça commence à prendre une texture gel et pâteuse un peu blanchâtre, sortir du feu
  • passer la préparation au chinois pour bien séparer la crème des flocons
  • laisser refroidir la crème et déguster les flocons avec un peu de chocolat, moi j’adore !
Réaliser la phase aqueuse en elle-même
  • Mélanger ensemble les ingrédients que tu as prévu dans ta phase aqueuse ou verser juste l’eau ou le lait d’avoine
  • ajouter le jus de citron
  • ajouter l’acide citrique et mélanger jusqu’à complète dissolution
  • le plus difficile ici car elle se dissout mal : ajouter la gomme xanthane. Verser petit à petit et bien fouetter
  • mélanger jusqu’à obtenir une pâte bien lisse
  • réserver

Seconde étape : faire la base lavante améliorée

  • dans un autre récipient assez grand pour contenir la totalité du shampoing fini, verser les doses des deux tensioactifs. Je suis bien d’accord avec Flo qui indique utiliser une seringue sans aiguille pour les tensioactifs les plus épais ou visqueux
  • ajouter l’huile et la glycérine

Troisième étape : réunir les deux phases

Verser la phase aqueuse dans la base lavante progressivement en mélangeant bien. Continuez de mélanger jusqu’à ce que l’émulsion prenne et soit bien lisse. C’est presque prêt !

Quatrième étape (optionnelle) : ajout des actifs hydratants, nourrissants et protéinés

Dans cette bonne base de shampoing, ajoute les actifs cosmétiques que tu as sélectionné et surtout le conservateur.
Si je pense que les huiles essentielles ne sont vraiment importantes qu’en cas de problème de cuir chevelu, je te recommande fortement l’utilisation de protéines hydrolysées, surtout si tu as les cheveux longs et/ou secs/abimés. Ce sont des actifs hors pair pour « réparer » la fibre capillaire autant qu’elle peut l’être, et l’hydrater durablement.

Pour les fragrances, c’est à toi de voir et quelle expérience sensorielle tu souhaites obtenir.

Cinquième étape : ajuster le pH

Je suis assez pointilleuse sur le pH (potentiel hydrogène) mais c’est pour la bonne cause. Un pH inadapté sera mauvais pour tes cheveux, mais en soi ça reste du domaine de l’esthétique. Par contre cela pourrait vraiment amener des désagréments pour ton cuir chevelu, qui reste de la peau et qui est du domaine de la santé. Eczéma, psoriasis ou autres démangeaisons peuvent être dus à un pH trop alcalin. Pour moi, le confort du cuir chevelu est primordial et j’y porte une attention particulière dans mes coachings capillaires.
Sur ce, munis-toi bandelettes de pH et contrôle le pH de ton shampoing maison. Idéalement, il doit être compris entre 4.0-5.0. Si il est trop alcalin, rajoute de l’acide citrique mais toutes petites doses. Mélange bien ton émulsion.

Sixième étape : mettre en bouteille et laisser prendre l’émulsion

Une fois le pH ajusté, transvase ton nouveau shampoing home-made dans un contenant et laisse-le reposer pendant au moins 24h pour que l’émulsion prenne bien.

Où trouver les ingrédients pour mon shampoing maison liquide ?

C’est évident qu’il ne sert à rien de fabriquer un shampoing naturel avec des composants de mauvaise qualité. Pour cette recette et beaucoup d’autres, je prends la marque Bioflore ou éventuellement Saint Hilaire dans ma boutique Slow-Cosmetique. Bioflore, marque belge, est une vraie référence dans la cosmétique naturelle et je recommande quasiment tous les produits que je connais d’eux. Ils font également un vrai effort au niveau de leurs flacons et emballages, qu’ils réduisent au minimum et recyclent au maximum.
J’essaie également de me fournir le plus possible auprès du site Slow Cosmétique. Après une sélection rigoureuse, ils donnent en effet leur chance à des artisans ou de petits producteurs qui font un travail extraordinaire pour fournir des produits d’excellente qualité tout en respectant l’environnement. Mais qui n’ont pas les moyens de faire des gros plans de communication pour promouvoir leurs produits. Personnellement c’est le type de consommation que j’aime et que je défends via Crinière Libérée.

La recette du shampoing à l’oeuf

Je te présente ici des recettes que j’utilise régulièrement et que je m’amuse à adapter pour coller au mieux aux besoins de mes cheveux. Le shamp’oeuf à d’ailleurs été mon tout premier no-poo lors de ma transition.
Ce sont les shampoings les plus économiques, les plus locaux et donc les plus écologiques que tu peux trouver. Ils sont en plus très simples et rapide à réaliser. A voir par contre si leur utilisation te convient !

Faire shampoing maison œuf
Le shamp’oeuf : pas cher, simple et efficace

Il s’agit d’un incontournable des soins capillaires issus des recettes de grand-mère : j’ai nommé l’œuf. Comment pourrait-on deviner que dans cet aliment, présent dans nos placards depuis notre tendre enfance se cache un allié de taille pour nos cheveux ? Car en plus de laver, l’œuf va gainer ta fibre capillaire : le blanc est très riche en saponines et le jaune est nourrissant. A adapter donc en fonction de ta nature de cheveu !
Le shampoing à l’œuf est sans doute le plus simple, le moins cher et le plus accessible : il t’attend dans ta cuisine ! Je t’en parle avec une certaine nostalgie car le shamp’oeuf à été ma première solution lavante après l’abandon des shampoings chimiques. Et ça a marché tout de suite !
Avec l’expérience et les coachings, je me suis par contre aperçue qu’il était difficile de n’utiliser que les œufs en produit lavant. A mon humble avis, et je tiens à souligner que ce n’est qu’une théorie née de la déduction, l’œuf finit par poisser car il est très riches en protéines. Et au contraire des protéines dites hydrolisées qui sont chimiquement « éclatées » pour être assez petites et pénétrer dans la fibre capillaire, les protéines alimentaires restent sur le cheveu. Donc si tu cherche un soin pour renforcer tes cheveux, laisse ton avocat et tes oeufs dans tes placards ! Par contre ils ont un très bon pouvoir gainant pour protéger, faire briller, adoucir et garder hydraté ton cheveu.

Voir la recette complète du shampoing à l’œuf

La recette du shampoing à l’argile

recette shampoing maison argile
Différentes argiles pour différents besoins

Un autre grand classique des shampoings ancestraux : l’argile ! Ou plutôt les argiles ! Rose, blanche, verte… en fonction de ton type de cheveu il y a forcément celle qui te convient. L’argile est particulièrement recommandée aux cuirs chevelus sensibles ou si tu veux réguler ta production de sébum. Idéale donc pour commencer de façon simple et en douceur. L’argile peut également servir à faire une clarification, dans le but de débarrasser tes cheveux des résidus.
Perso l’argile me poisse énormément les cheveux et c’est la raison pour laquelle j’ai arrêté de l’utiliser.

Voir la recette détaillée du shampoing maison à l’argile.

La recette du shampoing au bicarbonate de soude

recette-shampoing-bicarbonate-soude
Le bicarbonate, un indispensable très utile aussi pour la clarification

Là encore, rien de nouveau sous le soleil capillaire : le bicarbonate de sodium est un produit magique à avoir dans toutes les maisonnées ! Il t’aide en cuisine, en ménage et dans les produits d’hygiène. Il ne convient pas à tout le monde et est souvent associé à un rinçage au vinaigre de pomme pour rétablir le ph. Il peut également t’aider à remettre tout à zéro lorsque tes cheveux sont dépassés par les résidus chimiques, en faisant une clarification. Attention tout de même, si j’ai fait l’erreur de l’utiliser comme unique lavant pendant presque 1 an, je ne le recommande pas du tout comme shampoing principal pendant aussi longtemps : légèrement abrasif, il va assécher tes cheveux.

Avantages : très peu cher, facile à réaliser et à appliquer.

Inconvénients : ne convient pas aux cuirs chevelus sensibles car légèrement abrasif.

Recette du shampoing au bicarbonate de soude et vinaigre de pomme.

La recette du water only

Peu connu du grand public, le water only est une méthode de lavage un peu particulière dans le sens où le shampoing est uniquement… de l’eau. De l’eau et puis c’est tout. D’où son nom qui n’est absolument pas trompeur. Cette technique n’est pas facile à s’approprier, mais elle peut au moins dépanner (vacances à la plage, transition…) et les plus chanceuses pourront la tenir sur le plus long terme. Je fais quelques WO depuis que je suis passée au naturel mais plutôt dans des cas bien précis : après une baignade avec cheveux propres (permet de revenir au point où j’en étais avant), et surtout avec une eau de qualité, peu calcaire. Le WO ne marche que sur une chevelure saine, c’est donc une technique à ne pas essayer si on a pas achevé sa transition vers le no-poo et le naturel.
C’est une technique très particulière qui ne marche que sur très peu de monde sur le long terme (et pas sur moi en l’occurence).

Avantages : aucun produit lavant, aucune agression sinon celle de l’eau.

Inconvénients : nécessite une certaine qualité d’eau, de cheveu et une technique particulière.

Le guide ultime pour avoir de beaux cheveux avec des produits sains et respecteux !

Après presque 7 ans au naturel, je me suis rendue compte que mes lectrices étaient souvent noyées dans les infos incomplètes, contradictoires voire complètement fausses. Et c’est surtout elles qui te font faire des erreurs avec tes cheveux et t’empêchent d’avancer. Libère ta Crinière c’est une méthode éprouvée en presque 2 ans de coaching : je t’explique de façon claire les piliers du naturel puis comment comprendre tes cheveux. Ne reste ensuite qu’à suivre le guide pour créer et adapter ta routine !

Découvrir Libère ta Crinière

Libère ta Crinière

Comment faire un shampoing maison avec des poudres

Les poudres sont les stars du no-poo : elles sont très efficaces pour les problèmes de cuirs chevelus ou espacer les lavages des cheveux gras. Ce sont les lavants les plus doux car elles ne contiennent aucun tensioactif.

Pourtant, il existe beaucoup de poudres différentes. Tu peux par exemple utiliser des farines : farine de pois chiches (ma préférée, mais qui est parfois difficile à rincer), farine de quinoa…

Les argiles sont aussi très connues : la rhassoul est vraiment la base du no-poo car c’est pour moi le shampoing naturel le plus neutre. Il lave tout en douceur.

Mais les poudres préférées des cheveux et qui font fureur en cosmétique sont les poudres ayurvédiques. Avec mes cheveux gras, j’adore la reetha (noix de lavage), mais il existe également le shikakai ou le sidr et dans une moindre mesure la poudre d’orange et le henné.

La recette du shampoing aux poudres ?

Quelque soit la poudre ou les poudres choisies, ce shampoing est très simple et rapide à réaliser. C’est l’application qui est plus fastidieuse !

  • versez dans un bol l’équivalent de 2 cuillères à soupe (bombées si tes racines sont denses)
  • ajoutez au moins une cuillère à soupe d’hydratant (miel, aloe vera, gel de lin…)
  • mélangez avec un ustensile en bois ou plastique (pas de métal)
  • complétez avec de l’eau jusqu’à obtenir une pâte crémeuse
  • appliquez grossièrement sur les racines si tu as les cheveux fins ou raie par raie si tu as les cheveux épais. Ne pas couvrir les longueurs.

Avantages : plus ou moins chères, de plus en plus facile à se procurer. Très douces.

Inconvénients : un peu long à étaler sur la tête, peuvent assécher sans hydratant, l’odeur de la reetha est un peu…particulière, chaque cheveu a une affinité particulière avec une ou deux poudres.

Découvrir en détail la recette du shampoing naturel au rhassoul.

Comment faire un shampoing à la reetha

Les huiles, agents hydratants et huiles essentielles à ajouter à ton shampoing maison

Qu’ils soient bio ou naturels ces shampoings peuvent être utilisés seuls pour un lavage des cheveux et du cuir chevelu efficace. Certains comportent même des éléments soins. Mais tous peuvent être agrémentés d’autres ingrédients qui donneront un plus à ton shampoing (nourrissant, hydratants, protéiné) ou compenseront une tendance de la base, par exemple l’assèchement sur le long terme que peuvent provoquer des poudres comme le rhassoul.

Fabriquer son shampoing hydratant pour cheveux secs

Les agents hydratants sont ceux que tu as le plus de chance d’ajouter en premier. Ils sont en effet les amis des cheveux secs et longs et permettent de contrebalancer l’effet asséchant de certains shampoings naturels ou bases lavantes. Il y a en tête le miel (si si et je t’ assure que bien utilisé ça ne colle pas sur la tête), la glycérine végétale, l’indispensable aloe-vera ou encore la compote de fruits ou le gel de lin. Selon la texture de l’hydratant et de celle de votre base naturelle ou bio cela s’incorpore très facilement. Pour plus de détails sur l’hydratation des cheveux, je te laisse à la lecture de mon article « hydrater naturellement et profondément mes cheveux« .

Comment faire un shampooing nourrissant ?

Les cheveux ont également besoin de nutrition. Et particulièrement les cheveux secs et bouclés/crépus ! Les huiles et les beurres végétaux sont les champions de la nutrition ! A incorporer donc avec modération dans votre formule pour éviter l’effet gras au séchage… Sinon, tu peux faire des bains d’huile avant votre lavage (attention la plupart des shampoings naturels les rincent très mal) ou répartir une goutte sur tes longueurs humides pour sceller l’hydratation, comme expliqué dans l’article en lien dans le paragraphe ci-dessus.

Les huiles essentielles pour renforcer les cheveux

Que seraient les cosmétiques maison sans les huiles essentielles ? Très puissantes et parfois contestées, elles possèdent des vertus très intéressantes pour les cheveux. Ajoutez quelques gouttes de pamplemousse à votre base et tu auras un shampoing assainissant, l’ylang-ylang fait merveille sur les cheveux secs tandis que le palmarosa ou tea tree aident à lutter contre les pellicules… Là encore il y a le choix. J’ai pour ma part arrêté de les utiliser depuis quelques temps pour les cheveux car je trouve que je n’en ai pas besoin : les autres ingrédients font parfaitement le « boulot ». Je pense en effet que les huiles essentielles doivent intervenir en « traitement » sur un problème précis et ponctuel plutôt que comme un agent cosmétique… A toi de voir !

…et beaucoup d’autres ! Mais en restant dans la simplicité

Poudre d’ortie piquante, d’orange, protéines de soie…Il est facile de se perdre (et de perdre de l’argent surtout !) dans le monde magique des cosmétiques maison tant il y a d’ingrédients intéressants et potentiellement bons pour tes cheveux !
Pour aller directement à ceux qui te convient (et t’éviter les erreurs que j’ai faites), mon service d’accompagnement personnalisé est là pour ça ! On détermine votre nature de cheveu et adapte une routine en fonction des types de produits que tu veux utiliser.

Dans tous les cas, restez dans la simplicité : je pense qu’une recette doit avoir 3 ingrédients maximum (huiles essentielles comprises). Au-delà, je doute que cela soit tellement productif.

Ces recettes de shampoings naturels ne sont qu’un échantillon parmi beaucoup d’autres ! Elle sont également à prendre comme des bases customisables en fonction de tes besoins et de tes envies !

Du plaisir…et de la découverte de soi

Économiques, écologique, bien-être…Les raisons qui poussent à fabriquer soi-même ses produits et son shampooings sont nombreuses. Si cela demande de l’investissement de soi, du temps et de l’argent au début, faire ses cosmétique devient rapidement une activité ludique et très gratifiante. Car au delà du fait d’avoir à nouveau la maîtrise de sa consommation, faire pour soi nous force à redécouvrir nos cheveux, notre corps, notre peau et leurs besoins. Bon nombre de personnes ont eu cette sensation de redécouverte de leur chevelure après être passées au bio/naturel tant les produits chimiques les avaient laminés. Pour cela pas de secrets par contre, il faut faire la transition !

58 réflexions au sujet de “Comment faire son shampoing naturel bio maison ?”

  1. Bonjour Emilie, je viens de tomber sur votre blog et j’aurais besoin de quelques conseils.

    Je suis passée au shampooing solide depuis 2 ans maintenant, mais je pense m’en éloigner. J’ai les cheveux lisses, fins mais en grande quantité, et les SCI des shampoings solides me font ressembler à une folle (j’ai plein de petits cheveux tout autour de la tête, malgré une cure de bain d’huile).

    J’avais déjà essayé les poudres, notamment le shikakai mais mon cuir chevelu de nature grasse me semblait toujours sale. Que pourriez-vous me conseiller avec les poudres pour correctement nettoyer mon cuir chevelu et mes racines (sur plusieurs cm) sans avoir cet aspect gras, notamment à l’arrière de la tête ?

    Et aussi comment choisir son hydratant ? J’utilise surtout de l’aloe vera mais comment être sure que c’est l’hydratant qui convient à mes cheveux ?

    Merci beaucoup 🙂

    Répondre
    • Bonjour Amy,

      Tout d’abord désolée de répondre si tard, il y a eu un couac avec mes notifications de commentaire. Merci pour votre petit mot, je pense vous donner un peu de lecture 🙂

      Tout d’abord, effectivement les shampoings solides sont à utiliser avec précaution, je vous explique pourquoi dans cet article.
      Je pense maintenant que avez les cheveux poisseux car décapés par les shampoings solides. Peut importe le lavant (d’où l’echec avec le shikakai) maintenant ils ont surtout besoin de soins.
      Il serait beaucoup trop long d’essayer de vous conseiller par message, c’est pourquoi vous trouverez des éléments de réponse dans mon guide gratuit qui contient les bases pour comprendre le naturel.
      Désolée de ne pas pouvoir faire plus mais établir une routine personnelle demande une analyse du cuir chevelu et du cuir chevelu pour être pertinente 🙂

      Capillairement,

      Emilie Dauphin

      Répondre
  2. Bonjour,
    Pour commencer MERCI pour ce site qui m’a ramené à la base et permis des rappels qu’on a tendance à oublier après un certain temps dans le fabuleux monde de la Cosméto-DIY !
    Je voulais simplement porter à votre attention (j’ignore si ca a déjà été relevé par un(e) autre lecteur/lectrice) dans votre formule pour cheveux gars on retrouve à deux reprises ce point (milieu et fin d’ingrédients) :
     » • entre 2 et 3,25% d’acide citrique en fonction des ingrédients utilisés  »

    J’en profite pour faire du pouce, comme la paresseuse que je suis, en vous posant une question…
    Sachant qu’aucun tensioactif n’est absolument sans impact sur la nature, les cours d’eaux et la biodiversité, savez-vous si le savon de Marseille (en base lavante pour le corps et en recette de shampoing sans huiles essentielles) est approprié pour un campeur qui n’aura qu’un lac ou une rivière pour se laver durant une semaine ?

    Répondre
    • Bonjour Karité,

      Merci beaucoup, c’est corrigé !

      Concernant votre question très pertinente, les savons saponifiés type Marseille ou Alep sont des produits millénaires qui ne contiennent aucun tensioactifs et si, de bonne qualité, sont à ma connaissance parfaitement bio dégradables 🙂

      Capillairement,

      Emilie

      Répondre
  3. Bonjour

    J’ai les cheveux épais souples gras à la racine et sec sur les pointes. J’ai une bonne épaisseur. Ils sont colorés.

    Dans vos articles vous parlez pour cheveux secs et gras mais je n’ai pas trouver pour la perte de cheveux

    En effet en ce moment je perds mes cheveux de façon très importante ce qui m’inquiète car la perte est plus conséquente que d’habitude.

    Que pouvez vous me conseiller?

    Merci et bravo pour tous vos articles

    Répondre
    • Bonjour Pascale,

      Vous avez tout à fait raison, ce sujet manque totalement au site. Ce dernier n’est d’ailleurs plus du tout en adéquation avec mes connaissances mais je n’ai pas du tout le temps d’écrire les articles que je voudrais.

      Pour une chute de cheveux je recommande toujours de faire une prise de sang car les cause sont souvent internes (carence, stress, état de santé de façon générale), mais ce n’est pas toujours évident de trouver.

      Ensuite masser votre cuir chevelu pour booster la pousse. Bien manger assez et varié, bouger… Et ile ne faut pas non plus confondre casse et chute de cheveux.

      Capillairement,

      Emilie

      Répondre
  4. Bonjour,
    Concernant le shampoing liquide au savon de Marseille, peut on le prendre en paillettes ou copaux ? Auquel cas faut il faire chauffer l’eau pour le dissoudre ? Ou faut il utiliser du savon liquide ?
    Merci par avance pour votre réponse ! Lucy

    Répondre
  5. Bonjour,
    Je me suis plongée dans vos articles aujourd’hui dans l’optique de changer mes habitudes, maintenant je suis encore plus convaincu que c’est nécessaire.
    J’avais juste une question concernant la préparation des shampoings avec les poudres, est-ce que l’on peut en préparer à l’avance ? Est-ce que ça se conserve bien ? Ou est-ce qu’il faut la refaire à chaque fois que l’on se lave les cheveux ?
    J’ai encore pas mal de shampoings standards et je dois attendre de recevoir ma commande pour faire mon propre shampoing, mais c’est sur je me lance dans cette nouvelle aventure du naturel.
    Encore merci pour tes articles ils sont vraiment très bien écrit.
    Joanna
    PS : je ne reçoit pas le guide gratuit, même dans les indésirables … je ne sais pas pourquoi ??

    Répondre
  6. Bonjour,

    Merci beaucoup pour cet article très complet, en ce moment, je fais une cure de sébum (depuis le 1er avril) et je ne sais pas quel type de shampoing serait idéal à la fin de cette cure car je ne souhaite pas revenir aux shampoings industriels pour le moment.
    De base, j’ai les cheveux normaux mais gras de temps en temps.

    Merci beaucoup ! 🙂

    Répondre
      • Bonjour Emilie,

        Merci beaucoup pour vos articles, ils sont tous très intéressants.
        Je ne me lave plus les cheveux depuis presque un mois, je les rince seulement à l’eau. Après cette cure j’aimerai passer aux méthodes naturelles mais je ne sais que choisir. J’ai les cheveux longs, fins et secs aux pointes, que me conseillez-vous ?

        Merci d’avance pour votre réponse 🙂

        Répondre
        • Bonjour Claire,

          Tout d’abord merci beaucoup !

          Par contre je suis actuellement débordée par les messages, comme le vôtre, qui demandent une analyse complète de cheveux et de routine. Je n’ai malheureusement plus assez de temps pour y répondre.
          De plus, il me faut tous les éléments (histoire, routines, produits…) pour apporter une vraie réponse.

          Du coup, je vous redirige vers mon service d’accompagnement capillaire où là on peut se poser et parler tranquillement de vos cheveux pour vraiment avancer 😉

          Capillairement,

          Emilie

          Répondre
  7. Non effectivement. Donc je fais un shampooing avec 1 ingrédient pour essayer si je comprends bien ?
    Le savon de Marseille est une base lavante?
    En vous remerciant pour votre réponse rapide et votre article très intéressant

    Répondre
  8. Bonjour,
    Dans la recette qui m’intéresse sur internet je retrouve du savon de Marseille, de l’argile et du bicarbonate de soude + huile. Je cherche à faire une recette avec 3 ingrédients comme vous le recommandez mais je ne peux pas enlever les bases lavantes ? Donc je suis obligé de garder savon+argile +bicarbonate et pas mettre d’huile ?
    En vous remerciant

    Répondre
    • Bonjour,

      Vu que vous avez les cheveux fins, je vous déconseillerai a priori l’oeuf qui est trop riche.

      Par contre, les poudres comme la reetha et le rhassoul sont toujours des valeurs sûres. Le henné neutre lave et gaine légèrement, ce qui peut vous aider à gagner du volume, à faire de temps en temps. En plus vous aurez moins de difficulté à l’étaler que les cheveux épais.

      Capillairement,

      Emilie

      Répondre
  9. Bonjour,

    Je souhaiterais passer au shampoing naturel, n’auriez vous pas une recette avec la poudre shikakai, car ses vertus m’intéresse?
    Je vous remercie pour tous vos conseils et vos recettes.

    Répondre
  10. Bonjour Emilie,

    Passer au bio cosmétique me trotte dans la tête depuis un bon moment mais on voit de tout sur le net.

    Est ce que vous proposez des recettes et vidéos tutos pour guider?
    Je serais énormément intéressée.

    Merci du partage de votre savoir avec nous

    Vanessa

    Répondre
    • Bonjour Vanessa,

      Toutes les recettes actuellement disponibles sont dans la section « faire son shampoing bio ». Pas de vidéos pour le moment mais vous pouvez télécharger mon guide gratuit à partir de toutes les pages du site. C’est déjà une bonne base pour commencer .

      Capillairement,

      Emilie

      Répondre
  11. Salut à tous,
    Merci pour l’article et les commentaires. Je voudrais vous apporter mon témoignage. Mes cheveux sont châtains, raides, et ils avaient tendance à être gras aux racines et secs aux pointes. Cheveux longs, courts, très courts…tous les styles ne m’ont pas aidée à trouver des produits miracles pour avoir le swag tous les jours. Alors parfois j’utilisais le shampoing au quotidien pour avoir les cheveux brillants. Après mes 37 ans, j’ai commencé à revoir mon alimentation. À comprendre que le corps est alcalin, j’ai suivi les vidéaste et blogueurs qui ont radicalement changé leur mode vie. Puis j’ai continué à m’intéresser aux valeurs naturelles, le zéro déchet…
    Je ne me lave plus les cheveux depuis presque un an. Plus de produit pour décaper. Je les brosse pour bien répartir le sébum jusqu’aux pointes. Sous la douche je les rince deux fois par semaine. Ils sont beaux, doux, ne sentent pas mauvais. Il m’aura fallu environs un mois, j’ai pas craqué, pour qu’ils quittent l’aspect gras et les odeurs …ensuite ils se sont régulés. Je ne fais plus de couleur depuis presque 2 ans, j’ai tout coupé pour partir sur des bases saines. J’aime mes cheveux, mes premiers cheveux blancs aussi…à 41 ans je m’assume au naturel et j’en suis très heureuse.

    Répondre
    • Bonjour Mireille,

      Super témoignage ! Merci beaucoup d’avoir pris le temps de partager votre expérience, ça m’a fait énormément plaisir de le lire et je pense que ça pourra aider d’autres personnes.
      Et oui, on se rend souvent compte que passer au naturel passe aussi par une acceptation de soi-même. Être plus en accord avec ses cheveux et cela pousse à être plus en accord avec son corps de façon générale plutôt que d’essayer de lui imposer une certaine image qui ne lui convient pas ou qui est impossible à atteindre (celle dépeinte dans les pubs par exemple).

      Bravo et encore merci !

      Capillairement,

      Emilie

      Répondre
  12. bonjour
    je fais du sport 3x par semaine et je prends une douche après : puis-je faire du only water par exemple 2x sur 3 ou ce n’est pas indiqué pour éliminer la sueur?
    Merci

    Répondre
    • Bonjour,

      Le water only est une super idée dans votre cas. En effet il demande un peu de maitrise pour éliminer le sébum mais c’est une super alternative pour se débarasser des résidus moins tenaces comme les poussières ou la transpiration. Certains arrivent même à ne plus faire que des water only et ne plus utiliser aucun lavant. Si vous avez une eau de bonne qualité, vous pouvez en faire autant que vous voulez.

      Capillairement,

      Emile

      Répondre
    • Bonjour,
      Je suis en train de passer sur une routine naturelle pour mes cheveux long très long! Je ne me lavais déjà pas les cheveux tous les jours (cheveux gras) mais dans une démarche plus saine pour les dermatites atopiques de mes filles et mon époux je me lance aussi pour moi!
      Actuellement je leur fais des shampoings au savon de Marseille car cela me semble être une base lavante mais je ne vous vois pas en parler dans vos articles… est-ce une base lavante? Éliminera-t-elle efficacement les bains d’huiles?
      Merci pour votre site,
      Cela fait deux jours que je dévore vos articles !
      Esther

      Répondre
    • Bonjour,

      Oui c’est tout à fait approprié pour le sport ! C’est une super solution si le water only vous convient et vous pouvez en faire souvent c’est pas un soucis. Moi je l’utilise après la piscine si l’eau n’est pas trop chlorée.

      Sinon vous pouvez faire des shampoings secs lorsque la transpiration a séché.

      Capillairement,

      Emilie

      Répondre
  13. Bonjour,

    J’ai adoré vos différents articles.
    Je ne suis pas encore passé au shampooing fait maison, pour le moment je suis passé au shampooing bio de la marque so bioetique.
    J’avais les cheveux longs (milieu du dos), je suis parti en vacances en juin pour 3 semaines, je suis revenu avec les cheveux complètement sec, j’ai essayé de faire des bain d’huiles, de mettre de l’aloe vera mais ca n’a rien changé donc j’ai entrepris (avec beaucoup de mal) de les couper ‘jusqu’aux épaules).
    Mes cheveux revivent, donc j’aimerais essayer des les garder en santé le plus longtemps possible. Je continue les bain d’huiles (d’avocat surtout) une fois par semaine que je garde tout une nuit. J’aimerais espacé les shampooing, actuellement je suis à 1 shampooing tout les 3 jours voir 2, car je fait du sport et aprés le sport bien entendu ils sont gras. Que faire pour réussir à espacer les shampooing?
    Je vais essayer la recette à l’argile rose ( car j’ai les cheveux fins et le cuir chevelu sensible), mais est-ce que je peux continuer d’utiliser mon shampooing bio?
    Merci d’avance

    Répondre
    • Bonjour Marine,

      Tout d’abord bravo pour votre démarche, vous verrez vous serez ravie !

      Alors pas de soucis pour alterner shampoing bio (à condition qu’il soit de bonne qualité) et poudres lavantes. C’est moi-même ce que je fais.

      Pour espacer les shampoings, je vous conseille d’utiliser les shampoings secs, j’ai d’ailleurs écris un article sur le sujet. Je fais également beaucoup de sport : après votre séance, épongez la transpiration avec une serviette absorbante, car ce n’est pas vraiment du gras, mais surtout de l’eau.

      Vous verrez vous aller affiner votre routine en fonction de vos besoins 🙂

      Capillairement,

      Emilie

      Répondre
  14. Bonjour !!
    Votre article est très complet 🙂 Merci pour toutes ces infos !
    Je me tâte à passer le pas! En lisant votre article on comprend que vous êtes passée du shampoing naturel au bio (avec base lavante), pourquoi ce changement ? Vous ne recommandez pas le naturel à terme finalement?
    Ps: j’ai les cheveux très épais et ondulés auriez vous une préférence d’ingredients pour ce type de cheveux ?
    Je vous remercie !!!

    Répondre
    • Bonjour Audrey,

      En fait ma routine évolue constamment, et j’alterne entre lavage aux poudres et shampoing bio, qui, s’il est de bonne qualité, rentre dans une routine naturelle de toute façon. Je recommande d’ailleurs d’être souple, car les lavages avec des matières premières sont assez contraignants et rincent très mal les bains d’huiles que je fais tous les 15 jours. Mais d’un autre côté, les lavages aux poudres sont très écologiques et plus doux.

      Il faut être souple tant que l’on utilise des produits de bonne qualité.

      Sinon j’ai moi aussi les cheveux épais et la difficulté que j’ai parfois est de bien étaler le produit, c’est pourquoi je dilue les shampoing dans une bouteille. Sinon pour les poudres, je les applique raie par raie pur que toute la tête soit bien lavée, d’où l’aspect un peu long et fastidieux… Sinon, pas de préférence particulière pour l’épaisseur.

      Capillairement,

      Emilie

      Répondre
  15. Bonjour !

    Je ne pensais pas vouloir passer au naturel un jour dans ma vie (trop attachée à l’odeur des shampoings chimiques) mais j’ai finalement commencé, et cet article est super. Les ingrédients qui m’intéressent vraiment sont le rhassoul, l’œuf et l’huile de ricin/olive en masque. Pensez-vous est possible de mélanger par exemple argile et œufs, ou est-il mieux de s’en tenir à un ingrédient principal ?

    Bonne soirée,

    Melissa

    Répondre
    • Bonjour Mel,

      Merci pour ce gentil retour tout d’abord.

      Par contre je ne vous conseille pas de mélanger les ingrédients, tout du moins au début. Tout d’abord parce qu’il faut que vous testiez un à un pour bien identifier ce qui vous convient et ce qui vous convient pas. Ensuite parce que c’est pas forcément plus efficace… En soi l’argile, le rhassoul ou les œufs lavent très bien seuls. Par contre faites attention car ils ne rincent pas l’huile de ricin si il y en a beaucoup…

      Capillairement,

      Emilie

      Répondre
  16. Bonjour,
    Merci pour ces idées. Je vais tester l’argile, mais existe-t-il un « déjaunissant » également naturel pour les cheveux blancs ?
    Bonne soirée
    Sylvie

    Répondre
  17. Bonjour Émilie,
    merci pour cet article très complet 🙂 j’ai fait mon 1er shampoing à l’argile rose…mes cheveux ondulés sont devenus bouclés comme jamais ! En 1 shampoing. Quelle merveille.

    Ca fait 3 jours et je pense faire mon shamping demain seulement (habituellement tous les 2 jours).
    Si j’ai bien compris j’alterne avec mon shampoing habituel (doux) et ne fais qu’un shampoing à l’argile 1 fois par semaine…?

    Par contre je n’ai pas saisi la différence entre base lavante et shampoing. Celui que j’ai fait est-il bon ? (Argile+eau) . Combien de gouttes d’huiles essentielles puis-je ajouter?
    Merci beaucoup
    Eve

    Répondre
    • Bonjour Eve,

      Merci beaucoup pour le retour et très contente que l’argile vous réussisse !

      Tout d’abord oui, l’argile est un peu asséchante, d’où le fait de ne pas l’utiliser trop souvent (et avec un hydratant). Mais si vous alternez avec un shampoing liquide ou solide, il faut que celui-ci soit clean, c’est à dire sans sulfates ni silicones à minima. Mais si vous continuez de progresser comme ça, vous ne ferez bientôt qu’un lavage à l’argile par semaine…

      On pourrait dire que la base lavante est le noyau d’ingrédients du shampoing qui texture et qui lave : il s’agit en fin de compte du minimum requis pour que ce soit efficace. Normalement elle ne comporte pas d’additifs, parfums… juste un conservateur. Il s’agit d’un produit que vous achetez tout fait, le mélange argile et eau étant juste une recette maison. Pour la quantité, par exemple je ne mets pas plus de 5 gouttes d’huiles essentielles pour 3 cuillères à soupe de poudre (argile ou autre) et l’eau pour former une texture crémeuse.

      En espérant vous avoir aidé 🙂

      Bonne journée à vous,

      Emilie

      Répondre
  18. Bonjour,
    l’argile verte est introuvable dans mon pays – puis-je la remplacer par de l’argile blanche?
    Par quoi remplacer au mieux l’huile de jojoba?

    Répondre
    • Bonjour Anna,

      Oui aucun problème pour utiliser de l’argile blanche, qui est aussi excellente pour les cheveux.

      L’huile de jojoba peut être remplacée par quasiment toutes les huiles végétales, qui ont elles aussi chacune leur petit « plus » :). L’huile de coco est assez universelle mais vous pouvez tout simplement utiliser de l’huile d’olive, de sésame, de ricin…

      Bonne journée à vous,

      Emilie

      Répondre
  19. Je suis allergique au parfum dans les shampoing et savon et je sais pas quoi choisir dans vos propositions
    Pouvais vous m’aider s’il vous plaît
    Merci

    Répondre
    • Bonjour Daisy,

      Dans ce cas, le plus sûr est de se diriger vers les shampoings maison dans lesquels vous ne mettez que des matières premières qui n’ont pas été traitées au parfum : rhassoul, œuf, reetha

      Sinon, vous pouvez vous diriger vers les bases lavantes mais en vérifiant bien l’étiquette, car certaines ne sont pas si « basiques » :). Elles ne comportent normalement que peu d’ingrédients, vérifiez donc les un à un sur le site la Vérité sur les Cosmétiques.

      En fait il vous faudra de toute manière tester mais il faut voir déjà ce qui vous convient le mieux en terme de praticité 🙂

      Bonne journée à vous !

      Emilie

      Répondre
  20. Les arguments qu’on m’opposse on souvent trait à la difficulté des soins à apporter au cheveux crépus, au coût des produits etc. Donc j’essaie de convaincre ma petite amie par l’exemple. Je me suis laissé pousser les cheveux et j’essai de les entretenir et les embellir sans me ruiner et le plus naturellement possible.

    Répondre
    • Que je vous comprends !!!

      Il y a en effet un énorme effort de pédagogie à faire et pourtant, une fois que les personnes sont passées au naturel, très peu reviennent en arrière tellement elle en sont ravies !

      Après, il faut être honnête : les cheveux crépus sont de loin les plus difficile à entretenir. Ils demandent beaucoup de soins hydratants et nourrissants : n’hésitez donc pas sur les huiles et beurre (karité par exemple).

      Bon courage à vous !

      Répondre
  21. En faite, dans mon cas j’ai intérêt a tout savoir ou en savoir le plus possible… Je m’explique: j’essaie de convaincre mon entourage du bien fondé du naturel. Pour que vous compreniez bien, je suis africain et les femmes de mon entourage sont adeptes de défrisage, perruque et tissage… Bref tout ce qui peut dissimuler leur vrai nature de cheveux… J’ ai une fille et je souvaite plus que tout qu’elle est confiance en elle et qu’elle n’ait pas honte d’elle même.

    Répondre
  22. Merci beaucoup Émilie. Vous m’avez vraiment éclairé. En effet, on peut vite être découragé quand on n’a pas toutes ses informations…

    Cordialement,

    Répondre
    • De rien 🙂

      Après il ne faut pas essayer de tout savoir non plus mais plutôt de réagit en cas de problèmes.

      Dans mon cas par exemple, je n’ai quasiment pas eu de transition, mes cheveux ayant très bien réagit au bicarbonate et à l’oeuf que j’utilisais à l’époque. Il ne faut pas essayer de tout faire parfaitement dès le début mais plutôt d’avancer de temps en temps, quand on en a envie !

      Répondre
  23. Bonjour,
    Article très intéressant et instructif. Par contre je n’ai pas compris ce que vous appelez transition du chimique au naturel. Pouvez vous m’éclairer là dessus ?
    Je cultive de l’aloe vera en ce moment. Puis je me laver les cheveux avec ?

    Cordialement

    Répondre
    • Bonjour,

      Ah la transition, vaste sujet que je n’ai pas abordé dans cet article déjà un peu long :).

      En fait, lorsque l’on utilise des produits conventionnels, le cheveu d’un côté accumule une charge d’agents occlusifs, principalement des silicones, et de l’autre est habitué à la haute détergence de ces produits. Or, lorsque l’on passe à une routine naturelle, les produits utilisés sont (normalement) dépourvus d’agents occlusifs et bien plus doux que du conventionnel. D’où un certain décalage, période pendant laquelle le cheveu peut vraiment paraître en mauvais état, mal lavé… ce qui fait dire à beaucoup que le naturel ne leur convient pas. Alors qu’il faut aller au-délà de cette période, généralement le temps que le cheveu se débarrasse des résidus de silicone et que l’on trouve la routine qui nous convient.

      Voilà un petit résumé mais j’ai fait un article plus complet sur la question : Passer au shampoing bio

      En espérant vous avoir éclairé !

      Emilie

      Répondre
    • Bonjour,

      Cela peut être dû à de multiples raisons :

      – peut-être l’oeuf ne vous convient tout simplement pas;
      – peut-être êtes vous encore en transition du chimique vers le naturel;
      – certaines personnes ont un soucis avec le jaune : dans ce cas, ne mettez que le blanc sur le cuir chevelu et étalez le jaune sur les longueurs pour les nourrir.

      J’espère que vous trouverez la solution !

      Emilie

      Répondre
  24. Bonjour. Merci pour toutes ces informations précieuses ☺️ J’ai arrêté les shp cracra depuis fev 2018. Je fais surtout des shp bio. Je suis passé d’un shp tous les 2/3 jours à un shp tous les 8/9 jours. Pour autant, mes cheveux graissent vite, et j’ai besoin de faire des wo tous les 2/3 jours. Peut-être avez-vous des conseils à me donner ? Merci

    Répondre
    • Bonjour,

      Espacer autant est déjà une belle réussite 🙂 Quand vous dites qu’ils regraissent en 2/3 jours, c’est à quel point ?

      Sinon, la poudre de reetha, l’huile essentielle de tea tree par exemple sont d’excellents régulateurs de cheveux gras 🙂

      Sinon, l’espacement est très personnel, et tout n’est pas lié qu’aux cheveux eux-mêmes. Il y a en effet des facteurs internes comme les cycles, les contraceptions hormonales, l’alimentation…

      En espérant vous avoir (un peu) aidé. N’hésitez pas à suivre mon Instagram dans lequel je publie mes dernières découvertes, tests, astuces…

      Bonne journée à vous,

      Emilie

      Répondre

Laisser un commentaire