Nourrir ou hydrater ses cheveux secs ?

Nourrir ou hydrater ses cheveux secs ?

Sommaire de cet article

Des cheveux déshydratés ou dénutris ?

Telle est la question ! Et oui, parce qu’il y a une différence !

Faut-il apporter de la nutrition ou de l’hydratation à mes cheveux ?

Comment savoir si il faut nourrir ou hydrater ses cheveux ?

Comment nourrir les cheveux ?

Les ingrédients à apporter.

Comment hydrater ses cheveux ?

Les ingrédients naturels qui apportent de l’eau à vos cheveux.

Pourquoi un shampoing doux et naturel est indispensable pour lutter contre les cheveux secs

Soignez le fond avant de traiter les symptômes !

Pour avoir de beaux cheveux longs, brillants et résistants, il faut trouver la routine de shampoings, après-shampoings et masques adaptés. Au naturel, la question des soins capillaires tourne souvent autour de la question des ingrédients aqueux ou sucrés qui sont dits « hydratants » et des beurres ou huiles dits « nourrissants ». Et une des questions les plus posées est “faut-il nourrir ou hydrater ?”. Si la plupart des cheveux ont besoin des deux, la question est pour moi beaucoup plus complexe à répondre. Attention il s’agit d’un article assez théorique qui peut être difficile à appréhender pour des débutantes.

(Edit)Après 5 ans au naturel, je dois dire que j’ai réécris complètement cet article et l’opinion que j’expose ici va à l’encontre de ce que vous pouvez lire sur quantité de blogs, sites commerciaux et réseaux sociaux. Les lignes qui vont suivre sont le fruit d’heures et d’heures de réflexion (partagées aussi), de pages griffonnés, de graphiques et de tableaux pour recouper les données et dégager des tendances.
Ce point de vue s’appuie sur :

  • des lectures scientifiques (chimie du cheveu, thèses et ouvrages majoritairement en anglais)
  • les retours de personnes que j’ai pu suivre sur plusieurs mois dans le cadre de coachings personnalisés
  • des échanges avec Jessica d’Asphodèle Cosmétiques, formulatrice, Miss Bio Coiffure (coiffeuse spécialisée cheveux ondulés, frisés et crépus à Toulouse) avec Olivia, des Cheveux d’O
  • des lectures sur le site très pointu Beautiful-Boucles
  • mes tests sur ma propre crinière 🙂

Nourrir et hydrater le cheveu : qu’est ce que ça veut dire ?

Tout d’abord je pense qu’il faut préciser de quoi on parle car la terminologie est déjà en soi inexacte. Un cheveu est une matière morte, donc « hydrater » et « nourrir » qui sont des termes venants de la dermatologie, sont des abus de langage. La fibre capillaire ne peut en aucun cas “boire”, “manger” ou encore “avoir soif”. Mais il faut bien avouer que ces termes sont pratiques et permettent à tout le monde de voir de quoi on parle, donc je continuerai tant que possible à les utiliser.

Quels sont les ingrédients hydratants ?

Pour hydrater ses cheveux, c’est la fête de la recette maison pas chère et ludique. Votre cuisine regorge à coup sûr d’hydratants très efficaces :

  • les sucres simples : compote de fruits, sirop de sucre, miel, sirop d’agave…
  • les lait et yaourt animaux et végétaux
  • les graines de lin, transformées en gel
  • le gel d’aloe vera (auquel je voue presque une vénération tant il a de vertues), est une star de l’hydratation tant pour la peau que pour les cheveux
  • l’urée
  • les poudres de guimauve et de baobab

Quels sont les ingrédients nourrissants

La plupart des huiles et beurres sont bénéfiques pour la fibre capillaire : coco, jojoba, brocoli, piqui, avocat, amande douce, cacao…
Dans votre cuisine, l’avocat et l’œuf sont également classés comme nourrissants. Il y a beaucoup de chevelures qui n’apprécient pas vraiment les huiles pures. Soit elles leurs restent sur le cheveu dans un vrai effet gras (même après le shampoing), soit elles font un vrai effet poisseux. Et pourtant, je peux t’assurer que tous les cheveux ont besoin de lipides. Il y a juste plusieurs moyens de leur en apporter !
Si tu as essayé plusieurs huiles mais que rien ne semble marcher, tu peux essayer les masques du commerce ou les mélanges d’huiles comme l’Oleosilk ou l’Huile Majestueuse de Karéthic. Ces sérums sont composés d’huiles brutes mais aussi d’huiles estérifiées. Célia, alias Madeinali sur Instagram, t’explique dans l’excellent article qu’elle a consacré aux huiles estérifiées pour les cheveux pourquoi ces produits ont un meilleur pouvoir de pénétration que les huiles pures.

Le cheveu est-il vraiment déshydraté ou dénutri ?

J’ai longtemps été partisane de cette théorie jusqu’à ce que je me rende compte qu’elle était incomplète voire inexacte. D’une part grâce à mes expériences sur ma propre chevelure, celle de mes proches et de mes échanges avec des blogueuses. D’autre part, en me confrontant à la science du cheveu et en échangeant avec des professionnels du capillaire (formulatrices, coiffeuses, créatrices de shampoings et après-shampoings). Mais voyons en quoi elle consiste plus exactement.

Un cheveu qui a faim ou qui a soif

Pour les grandes lignes de cette théorie (qui varie d’ailleurs selon la source), le cheveu serait sec de différentes manières. Un cheveu serait donc déshydraté (donc sans eau), il aurait « soif » ou il serait dénutri et il aurait « faim ». Et il aurait besoin d’eau ou de nutriments.
La différence, très mince en apparence, serait reconnaissable à des symptômes différents. Des cheveux cassants seraient dénutris tandis que des cheveux qui frisottent ou qui gonflent seraient juste déshydratés. Pour réhydrater des cheveux il faudrait utiliser des produits « hydratants », tandis que les huiles et corps gras « nourriraient ».

L’importance de faire des soins nourrissants ou hydratants

Et surtout il serait très important de bien séparer les deux. La routine, surtout faite maison, va alors essentiellement s’articuler entre le shampoing, les masques avant et après-shampoings hydratants (aloe vera, gel de lin, compote…) ou nourrissants (huile d’olive, de coco, de jojoba, masques gras).

Je nourris mes cheveux qui frisottent

Or, ce qui m’a amené à remettre en question cette théorie est ma propre expérience avec mes cheveux. Dès qu’ils étaient un peu secs et frisottants, je leur ai apporté des « hydratants » qu’ils ont, finalement, toujours rejeté. Et par rejeté j’entends qu’ils gonflent, font des frisottis, s’emmêlent et s’assèchent. Bref tout le contraire du résultat attendu. J’ai mis du temps à comprendre ce qu’il se passait.
C’est lorsque j’utilise des huiles en bain ou en touches après lavage que mes cheveux sont les plus beaux (et donc les plus hydratés comme on le verra par la suite) : brillance, douceur et pointes en très bon état malgré leur longueur bas du dos.
Du coup j’ai eu envie de me pencher sur la question plus en profondeur : faut-il apporter des soins nourrissants ou des soins hydratants lorsque l’on a les cheveux secs ?
Pour essayer de démêler le vrai du faux, je me suis donc penchée plus précisément sur l’anatomie de nos crinières.

Besoin d’aide pour avoir de beaux cheveux au naturel ?

Mon service de coaching sur-mesure pour vos cheveux

Suite aux nombreuses demandes que je reçois, je mets mon expérience à votre service pour vous orienter vers les bons produits et les bons gestes. Pourquoi c’est plus efficace ? Parce que vous avez quelqu’un à qui parler, que ce soit par téléphone ou par mail ! Je peux ainsi bien cerner votre cheveu et vos besoins, vous rassurer et vous encourager pour construire ensemble votre routine, unique et personnelle.

Découvrez mes coachings

diagnostics capillaires

Qu’est ce qu’un cheveu ?

Pourquoi il faut considérer que le cheveu est une matière morte ?

Un cheveu se constitue peu à peu en sortant du cuir chevelu. Aucune circulation sanguine ni renouvellement cellulaire ne s’opère dans la fibre capillaire construite à base de kératine. Désolée pour celles ou ceux qui trouvent ça un brin morbide mais il faut l’admettre : le cheveu est une matière morte. Ni hydratation ni nutrition ni quoi que ce soit d’autre d’ailleurs.
On « hydrate » ou ne « nourrit » un mort…

Encore plus déprimant : dès qu’elle sort de son bulbe du cuir chevelu, la fibre capillaire ne va faire que se dégrader, puisqu’elle ne peut pas se renouveler. C’est là le processus naturel et inexorable (désolée !). Concrètement, ça va se manifester par des fourches aux pointes, de la casse dans la longueur et des cheveux secs de façon générale.
Mais la bonne nouvelle c’est qu’avec des soins adaptés on peut retarder un maximum la dégradation du cheveu ! Sinon les longues chevelures n’existeraient pas…

Le meilleur de tous les soins capillaires ? Le sébum !

Pour savoir ce que les cheveux préfèrent, il suffit d’étudier notre organisme. Comme la nature est bien faite, le cheveu peut compter sur un allié qui va lui apporter tout ce dont il a besoin : le sébum.
Haït par les personnes aux cheveux gras (dont moi quand je n’ai pas le temps de me laver les cheveux), cette substance réunit tout ce dont le cheveu a besoin. Pour preuve le succès des fameuses cures de sébum (dont pas fan du tout). Lorsque vous laissez vos cheveux « graisser » un peu, vous vous apercevez qu’ils sont ensuite plus brillants et plus doux, surtout la partie du haut qui a bénéficié du “gras”. Vous l’aurez compris, pour les cheveux, le gras c’est la vie !

Un cheveu sec et avant tout un cheveu en manque de son film hydrolipidique

En fait, le sébum vise à créer le film hydrolipidique qui est aussi bénéfique pour les cheveux que pour la peau. Celui-ci agit entre autres comme un bouclier pour protéger la fibre capillaire des agressions extérieures.
Le film hydrolipidique est lui-même une émulsion composée entre autres d’eau (issue de la transpiration) et de lipides (issus du sébum).
Problème pourtant, certaines chevelures ne produisent pas assez de sébum (cuir chevelu sec) ou le sébum ne peut pas bien s’écouler (chevelures bouclées, frisées ou crépues ou longues). Pour avoir de beaux cheveux dans ce cas, le but des soins extérieurs sera de compenser l’absence du film hydrolipidique. Un cheveu sec est avant tout un cheveu dont le film hydrolipidique est absent. D’un côté il ne peut garder son hydratation et de l’autre il est plus vulnérable aux agressions, se fragilise et est plus sensible à la casse et aux fourches.

Pourquoi dit-on que le cheveu est poreux ?

Une autre caractéristique de la fibre capillaire est sa capacité à réagir à l’eau. Il en contient, dès sa « naissance », en absorbe et en rejette (en fait il s’agit de micro-particules présentes dans l’air ambiant) naturellement. Pour preuve, les cheveux qui gonflent avec le temps humide.
On dit donc des cheveux qu’ils sont poreux (comme une éponge oui!).
Pourtant, une trop grande capacité d’absorption (haute porosité) va conduire à un cheveu qui alternativement ne garde pas son eau interne (cheveu sec) ou se gorge de trop (cheveux qui gonflent).
En théorie donc le but est donc d’avoir un cheveu le plus hydrophobe possible (basse porosité). D’un côté car le cheveu va pouvoir maintenir son eau interne et être bien hydraté. Et de l’autre pour éviter les va-et-vient d’eau incontrôlables qui vont faire gonfler ou assécher la fibre capillaire.
Je dis en théorie car un cheveu peu poreux peut poser quelques difficultés dans des cas précis comme les cheveux à texture, bouclés à crépus, qui demandent plus de soins aqueux pour former leur boucles.
Et en pratique, quelque soit leur porosité (à l’exception peut être des cheveux très endommagés) peuvent être sublimés grâce aux soins et à une routine adaptée en fonction.

Quel est le rôle des cuticules dans la porosité ?

Le cheveu est constituée essentiellement du cortex lui-même recouvert par les cuticules. Celles-ci sont comme des petites tuiles recouvrant un toit. On est bien d’accord que c’est votre toit qui protège votre maison de la pluie qui tombe.
Les cuticules ont pour fonction de protéger le cortex et c’est elles qui vont faire la barrière hydrophobe. Reprenons notre métaphore du toit : si une tuile est relevée, cassée ou absente, l’eau rentre dans la maison.
Pour les cheveux c’est pareil : si les cuticules ne sont pas lissées, si elles sont dégradées ou parties, une entrée se forme et l’humidité s’y engouffre. Concrètement le cheveu ne peut pas garder son hydratation ou au contraire en fait trop rentrer (porosité haute).

Entretenir ses cheveux c’est avant tout prendre soin de leur cuticules

Or, pour faire le lien avec les paragraphes précédents, quand un cheveu se détériore, c’est en premier lieu par ses cuticules car elles sont son enveloppe externe. Elles vont se relever, casser ou même entièrement partir. Et là, c’est un trou dans le toit : le cheveu ne garde plus son eau interne.
Comment avoir des cheveux brillants ? En ayant des cuticules intactes
C’est de l’état des cuticules dont découle la bonne hydratation des cheveux (garde l’humidité et ne la fait pas rentrer). Mais c’est aussi d’elles dont dépend la brillance. Si vous observez autour de vous, vous vous apercevez que la brillance c’est la lumière qui se reflète. Or la lumière se reflète mieux sur une surface lisse. Un cheveu aux cuticules bien alignées renvoie mieux la lumière. C’est d’ailleurs le même principe pour la douceur.
Des cheveux à la cuticule abîmée deviennent hydrophiles, donc poreux donc mal hydratés donc secs.
Pour revenir à ma petite personne, mes cheveux au chimique ont longtemps été trèeess poreux. Les suppléments de couleur ou de permanentes, c’était toujours pour moi. Mais après quelques années de bons soins, ils n’absorbent quasiment rien et ne sont rarement secs, même sur les pointes (ce qui me permet de les avoir bien longs!). Un bain d’huile tous les 15 jours et un peu d’après-shampoing est quasiment suffisant.

Comment soigner ses cheveux naturellement ?

Une bonne hydratation du cheveu ne se résume donc pas qu’à un apport d’eau, mais aussi à un état global. Un cheveu bien hydraté est un cheveu hydrophobe dont la contenance en eau reste stable. Cela n’est possible qu’avec des cuticules en bon état.
Or, les « hydratants », par leur action humectante (attirer et garder l’eau), ne vont qu’à apporter temporairement de l’eau, sans viser à préserver l’intégrité de la fibre capillaire qui elle, va faire ce job sur le long terme. Ainsi le « si tes cheveux sont secs, il faut hydrater à fond» n’est que moyennement valable. Pire, un mauvais dosage peut avoir l’effet contraire et mener à une fatigue hygrale.

Pourquoi cette théorie ?

La théorie en vogue est en partie vraie pour une certaine catégorie de cheveux, dont les cheveux bouclés. Leur avènement ces dernières années, pour notre plus grand plaisir, nous a pourtant fait perdre de vue que c’est un type de cheveux particulier avec des besoins particuliers. Dont les humectants qui vont aider à créer de belles boucles bien définies en réactivant les liaisons internes.

Est-elle complètement fausse ?

Elle est pour moi très incomplète. Il est vrai que certains « nourrissants » « nourrissent » effectivement dans le sens où ils vont combler les brèches faites dans les écailles. Des cheveux qui cassent ont effectivement besoin de soins de fond à base de beurres ou d’huiles. Il est aussi vrai que certains « hydratants » visent à apporter de l’eau dans le cheveu.
Mais selon cette théorie les soins seraient divisés en 3 familles ayant chacune son rôle : les hydratants apportent de l’eau, les nourrissants des “nutriments” et les protéines des éléments très proches de ceux constituant le cheveu (la kératine qui est une protéine).
Pourtant si l’on étudie chaque famille de plus près, on s’aperçoit qu’elles contiennent des actifs dont le mode d’action est beaucoup plus complexe.

Les soins filmogènes, conditionnants ou hydratants

Il serait plus judicieux d’expliquer ceci dans un article dédié, mais en gros les soins pour moi sont à classer de la manière suivante, beaucoup plus pertinente pour le cas du cheveux qui, je le rappelle, n’a ni faim ni soif :

  • combler les brèches dans les écailles de façon à bien les sceller entre elles et les rendre les plus hydrophobes possible → rôle de conditionneur (traduction approximative de conditionner en anglais qui vise à préserver l’intégrité de la fibre capillaire)
  • faire un film protecteur gainant autour du cheveu dans le même but → filmogène. C’est elles qui vont sceller l’hydratation et éviter les échanges d’eau entre le cheveu et l’extérieur. Ce que font à exagération les silicones, mais il faut bien reconnaître qu’en théorie l’idée est fondée
  • capter et capturer l’eau → humectants

Dans les “nourrissants” certaines huiles sont plutôt filmogènes (brocolis) alors que d’autres sont plutôt conditionnantes (coco). C’est aussi le cas des protéines présentes dans les aliments. Elles ont une taille bien trop importante pour pénétrer la fibre capillaire, mais ont un pouvoir filmogène intéressant pour aider à garder l’hydratation. Quant aux « hydratants » ils sont quasiment tous des humectants, à l’exception de ce fameux gel d’aloe vera qui est également filmogène.
Le soin capillaire parfait : reproduire l’action du sébum
Ainsi, pour combler tous les besoins de la fibre capillaire, il serait pour moi beaucoup plus judicieux d’associer entre les soins humectants, filmogènes et conditionnant. Le but étant d’hydrater certes, mais aussi d’entretenir l’intégrité de la fibre capillaire en l’aider à garder l’hydratation.

No-poo, transition, routine naturelle : le guide gratuit pour passer le pas !

Si vous démarrez totalement dans le cheveu au naturel, il y a quelques notions à connaître. Tout d’abord, le no-poo, qui émerge forcément lorsque l’on parle de faire son shampoing maison puisque qu’il s’agit d’éliminer toute substance pétro-chimique néfaste de votre tête. Pour plus d’informations, veuillez lire cet article que j’ai dédié à la méthode no-poo. Ensuite la routine naturelle : il s’agit tout simplement de l’ensemble des gestes récurrents que vous allez opérer pour laver et prendre soin de vos cheveux au naturel.
Enfin la transition. Alors que c’est peu connu, il faut savoir que l’on ne passe pas forcément très facilement d’une routine « conventionnelle » à une routine naturelle : la première est tellement violente que les cheveux et le cuir chevelu ont besoin d’une période d’adaptation. Pour s’y mettre facilement, n’hésitez pas à télécharger mon e-book gratuit qui vous guidera dans les premières étapes. N’hésitez pas, je l’ai conçu spécialement pour être simple et intuitif !
Télécharger le guide gratuit

couverture e-book

Pourquoi il ne pas trop hydrater ?

Qu’est ce que la fatigue hygrale ?

Un autre problème de la théorie en vogue est qu’elle engendre chez les débutants comme les initiés une surdose « d’hydratation » qui va avoir les effets exactement opposés à ceux désirés.
Comme je l’ai souligné plus haut, la fibre capillaire réagit avec l’humidité ambiante en gonflant (absorption d’eau) puis en se rétractant (expulsion d’eau). Or ce mouvement épuise son élasticité, le rend moins résistant et le fait finalement casser, comme l’explique cet extrait du Journal of Cosmetic Science :
Le cheveux est entouré de sébum et d’écailles, mais malgré cela, le cheveux est perméable.
Lorsqu’il est en contact avec de l’eau, le cheveu a la capacité d’absorber aux alentours de 45% de son poids en eau.
La longueur du cheveu peut augmenter de 2% environ et son diamètre peut augmenter entre 15% et 20%.
Ce phénomène d’absorption/gonflement rend le cheveu beaucoup moins résistant et donc plus sujet à la casse.
Source: J cosmet sci, 52, 169-184
La fatigue hygrale est un problème pernicieux car on ne comprend pas d’où vient cette casse soudaine alors que les cheveux semblaient apprécier les soins.

Pourquoi mes cheveux sont toujours secs alors que j’hydrate ?

Il n’est pas rare de tomber sur des cas de personnes se plaignant d’avoir les cheveux de plus en plus secs alors qu’elles les « hydratent » tous les jours, ce qui peut sembler paradoxal au premier abord. Or, à observer de plus près leur routine, on s’aperçoit qu’elles utilisent énormément d’humectants et peu d’huiles ou beurres. Or la fibre capillaire entretient une liaison paradoxale avec l’eau qui soulève ses écailles et l’abîme si appliquée en trop grande quantité. Trop hydrater augmente la porosité et assèche le cheveu. Et dans ce cas on ne cherche pas à traiter le problème de fond.

Dans les deux cas vous obtenez à la longue des cheveux qui s’assèchent progressivement, se fragilisent et finissent pas se casser.

Hydrater ou nourrir les cheveux : l’erreur des soins maison

Lorsque l’on se penche sur la composition des shampoings, après-shampoings et masques du commerce (bio et de bonne qualité je tiens à préciser), on voit qu’ils comportent quasiment tous des protéines hydrolysées (hydrolyzed wheat proteine par exemple), des huiles et beurres et des humectants (glycérine, aloe vera). Et c’est cette synergie d’actifs qui fait qu’ils sont efficaces. Ils hydratent, conditionnent et forment un film protecteur en même temps. Certains seront plus riches ou plus hydratants que les autres pour correspondre à des porosités différentes, mais ils jouent sur ces différents ressorts pour soigner la fibre capillaire.
L’erreur des soins maison et de séparer ces actifs qui sont pourtant complémentaires : hydrater sans chercher à gainer ce qui va sceller l’hydratation, hydrater sans chercher à garder l’intégrité du cheveu ce qui fera qu’il sera bien hydraté sur le long terme.

Conclusion : hydrater et nourrir pourquoi pas, cheveux dénutris ou déshydratés, non

Pour en revenir au début de cet article : je ne crois pas vraiment en cette théorie du cheveu déshydraté OU dénutri. Mon avis est qu’un cheveu déshydraté, donc en manque d’eau, manque aussi et surtout de “nutrition” pour l’aider à rester hydraté, justement. Que ce soit des soins profonds pour rétablir la fibre capillaire (dans la mesure du possible), ou des soins gainants pour faire rester l’eau dans le cheveu. Comme me l’a très bien dit Morgane, de MissBioCoiffure “hydratation et nutrition, l’un ne va pas sans l’autre”. S’acharner à hydrater sans chercher à conserver cette hydratation mène aux cheveux éternellement secs (voire à une fatigue hygrale).
Les soins hydratants ont longtemps été oubliés et beaucoup se sont acharnés à n’apporter que de l’huile à leurs cheveux, qui avaient aussi besoin d’humectants et qui restaient par conséquent secs. Le soin de base pour moi reste les corps gras, mais pour la majorité des types de cheveux, ce n’est pas suffisant. Il faut donc intégrer les hydratants en petite dose et souvent après le lavage. Car si votre cheveu est lavé, c’est qu’il a été en contact avec un produit détergent qui l’a forcément un peu asséché.
Le problème est que certains cheveux ne supportent que peu d’huile (voire la composition en acide laurique, acides gras mono/poly insaturés ou en acides saturés qu’aimera plus ou moins vos cheveux) et dans ce cas il faut ruser pour apporter les actifs sans graisser les cheveux.
Enfin les cheveux bouclés ont, quant à eux, plus besoin d’hydratants pour réactiver leurs jolies boucles. Ce qui fait une différence de taille avec les cheveux lisses qui seront juste assouplis par ces soins.

39 réflexions au sujet de “Nourrir ou hydrater ses cheveux secs ?”

  1. Bonjour.
    Un grand merci pour cet article très clair et cohérent. J’ai tout compris… Sauf la conclusion (je nais pas trouvé non plus la réponse dans votre guide).
    Vous dites qu’il faut nourrir PUIS hydrater/humecter les cheveux. Or j’ai compris que la nutrition par des huiles/beurres va créer ce fameux film dont vous parlez : l’hydratation ne passera plus ensuite, si ? Est-ce qu’il n’est pas plus logique comme on l’entend souvent d’humecter, PUIS de sceller l’hydratation avec des huiles nourrissantes mais donc aussi gainantes ?
    Même question si on mélange les agents hydratants et nourrissants dans un même soin : comment fait le cheveux pour prendre dans l’ordre ? 🙂

    Répondre
    • Bonjour Saad,

      Merci pour votre commentaire :). Par contre je viens de relire ma conclusion, je ne vois pas où j’ai écrit qu’il fallait nourrir puis hydrater. En effet vous avez bien compris ce mécanisme pour sceller l’hydratation : humecter puis gainer par un corps gras.

      Pour les soins mélangés, je pense qu’il ne faut pas tellement réfléchir de manière aussi directe : quasiment tous les soins du commerce sont des émulsions (donc hydratants + corps gras) et sont très efficace. Je pense que le cheveux prends ce qu’il y a à prendre :).

      Capillairement,

      Emilie

      Répondre
  2. Bonjour.
    Personnellement j’ai les le cuir chevelu gras et mes longueurs dont ondulé avec des frisottis au niveau du cuir chevelu. Je me rend compte que quand je me lave les cheveux ils sont soit poisseux soit gras 1jours après et quand j’utilise un masque ils sont souvent poisseux et gras après. J’ai utilisé des soins nourrissants et hydratant ils étaient souvent poisseux ou gras. Ils manquent de volume et de souplesse. J’utilise des produits naturels depuis 1ans au moins. Que me conseillez vous de faire ?

    Répondre
    • Bonjour Marion,

      Tout d’abord, je vous recommanderai de commencer par une clarification pour enlever la poisse dans un premier temps. Ensuite, il faut trouver la cause et il y a pas mal de facteurs possibles. C’est une des problématiques que j’aborde dans mon guide Libère ta Crinière qui est directement issu de mon expérience de coach où je rencontre beaucoup de personnes avec ce problème de poisse. Dans tous les cas il faut voir le problème globalement.

      Capillairement,

      Emilie

      Répondre
  3. Bonjour, je suis assez perplexe en lisant votre article car je ne comprends pas pourquoi vous parlez d hydratation et de nutrition à la fin de l article alors que vous expliquez au début qu on ne peut que lisser les écailles du cheveux et donc qu aucune nutrition n est réellement possible ça serait plutôt un film protecteur qui se pose sur les cheveux. ( c est ce que j ai compris en lisant votre article) Je ne vois donc pas l intérêt à part pour l environnement de continuer ma routine naturelle après ça pourtant, vous semblez en avoir une. J ai aussi une autre question, vous dites que les silicones accomplissent leur rôles « avec excès » ( je ne me souviens plus des mots exacts) . Pourquoi ?

    Répondre
    • Bonjour,

      Je n’ai pas entièrement compris votre commentaire mais je dis qu’en fait le terme de nutrition ne renvoie à rien de concret et que les soins s’articulent autour de l’hydratation (apport d’eau), des soins gainants (huiles, poudres, protéines alimentaires) et pénétrants (huiles, protéines hydrolysées).
      Pour ce qui est des silicones ils s’accumulent en couches sur le cheveux, le raidissent et l’alourdissent en plus de rendre inefficaces les soins naturels.

      En espérant avoir levé vos doutes…

      Capillairement,

      Emilie

      Répondre
  4. Bonjour,
    Merci pour cet article très intéressant !
    J’essaye de lutter contre les frisottis et l’effet  »paille » de mes cheveux épais et ondulés, en faisant un bain d’huile (ricin, amande douce, coco, noisette) pendant plusieurs heures, tous les 15 jours depuis 2 ans, il y a du mieux pour l’effet paille, mais les frisottis persistent, et les ondulations s’applatissent vite dès le lendemain… J’ai essayé de faire un masque hydratant maison après mon dernier bain d’huile, avec yaourt, miel et hydrolat de romarin du jardin (posé pendant 15min) mais le doute me vient : faut il faire d’abord le masque hydratant PUIS le bain d’huile ou l’inverse? Ou faire un mix ?
    J’ai également essayé de terminer le lavage par un rinçage au vinaigre de pommes bio, mais à part une légère brillance, pas d’impact sur mes frisottis.
    Qu’en pensez vous?
    De tout coeur merci

    Répondre
  5. Bonjour, quelle routine faut-il adopter du coup ? Moi aussi quand j’hydrate mes cheveux, ils frisottent et s’emmêlent. Est-ce qu’il faut alors mélanger hydratation et nutrition sur un même soin ? Ou bien alterner entre nutrition et hydratation une semaine sur deux par exemple ?
    J’avoue être un peu perdue…
    Merci d’avance
    Cindy

    Répondre
    • Bonjour Cindy,

      La base des soins c’est toujours les soins gras « nourrissants »? Après, l’articulation avec les hydratants et le rythme dépend de chaque chevelure, c’est ça le problème 🙂

      Capillairement,

      Emilie

      Répondre
      • Bonjour,

        Merci pour votre réponse.
        Là par exemple, je viens de tenter la compote, sans soin nourrissant. Puis j’ai rincé et fini avec de l’eau froide. J’ai essoré mes cheveux et j’ai sellé avec de l’huile de brocolis. En fait mes cheveux ont aimé, à ma grande surprise… Ils ne sont plus électriques.
        Je pensais alterner entre soin hydratant de ce type (j’ai toujours pensé qu’ils aimaient pas mais je n’avais pas tenté la compote, en tout cas pas seule), et lavage suivant bain d’huile de jojoba.
        J’ai l’impression qu’en fait ce sont les humectants en soin que mes cheveux n’aiment pas. Peut être faut-il les mélanger avec de l’huile ?

        Merci par avance pour vos conseils.

        Répondre
  6. Bonjour Emilie
    merci bcp pour vos commentaires.
    j’ai les cheveux secs et franchement déshydratés. quand j’utilise le gel d’aloé vera ça donne un effet de gel donc un peu cartonné. comment l’utiliser efficacement?
    merci

    Répondre
  7. Bonjour Emilie,
    Tout d’abord bravo pour ce travail d’informations. Mes cheveux sont crépus , fins ,non défrisés et pas Tip top en ce moment. De part mes recherches, il est souvent conseillé d’utiliser des proteines de riz, de blé, de soie ect .. Ces produits ont -ils le même effets que les quads et les silicones? Merci

    Répondre
    • Bonjour Carole,

      Merci beaucoup !
      Pour répondre à votre question, non les protéines hydrolysées n’ont pas du tout ni le mode d’action ni les mêmes effets que les agents filmogènes et/ou occusifs.
      Et oui, généralement pour les cheveux à texture, d’autant plus crépus et fins, il est conseillé d’utiliser environ 1 fois par mois ces petites protéines 🙂

      Capillairement,

      Répondre
  8. Bonjour Emilie,

    Merci pour vos retours 🙂

    Dernière question : est-il préférable d’utiliser un après-shampoing ou un masque ? Ou les deux ?

    Encore merci 🙂

    Belle journée,

    Anna

    Répondre
    • Bonjour Anna,

      En fait ils sont un usage un peu différent : le masque va plus nourrir pour un soin plus complet tandis que l’après-shampoing va plus réhydrater et démêler après le lavage.

      Capillairement,

      Emilie

      Répondre
  9. Bonjour,

    Petite question : je souhaite passer à la transition, vous me conseillez pour démarrer, un shampoing solide ou liquide ?

    Merci par avance 🙂

    Anna

    Répondre
    • Bonjour Anna,

      Globalement je ne suis pas pour les shampoings solides (il y a l’article « quel shampoing solide » où je m’explique) donc liquide :). J’ai fait la liste des meilleurs dans l’article « quel est le meilleur shampoing bio mon avis » dans la rubrique « acheter son shampoing bio ».

      Capillairement,

      Emilie

      Répondre
  10. Bonjour,

    Merci pour votre site qui me conforte dans l’idée de me tourner vers ces shampoings bien meilleurs pour nos cheveux !

    Avez-vous un produit à me conseiller pour protéger mes cheveux de la chaleur ?
    En effet, je les lisse 3 à 4 fois par semaine .. 🙁

    Merci par avance pour votre retour et belle journée 🙂

    Anna

    Répondre
    • Bonjour Anna,

      Je n’en connais qu’un au naturel et je n’ai pas vraiment de retour dessus mais la marque est une bonne référence en général : Druide Bio. Vous le trouverez sur leur site 🙂

      Capillairement,

      Emilie

      Répondre
  11. Bonjour,

    Pour retour, c’est un shampoing liquide fabriqué dans ma région 🙂
    merci de votre retour, j’appliquerais l’hydratant après lavage dans ce cas,
    j’ai fais une clarification avec du bicarbonate de soude exactement comme vous l’avez expliqué pour accélérer la transition car je sentais que c’était nécessaire, ça fait 2 jours, j’ai beaucoup aimé le résultat, au bout de 2 jours, mes cheveux ne sont pas collés à mon cuir chevelu, souplesse et volume !, mieux que les premiers lavages..:) je constate un léger manque d’hydratation uniquement, et je vais donc suivre vos conseils 🙂 je pense que la transition va être rapide.

    Merci pour ce super site 🙂
    Esn

    Répondre
  12. Bonjour,

    Je suis en pleine période de transition, j’ai un shampoing naturel bio et local, doux et hydratant avec peu de composants. Je lave mes cheveux tous les 4 jours 🙂

    A la base, mon cuir chevelu est gras, les longueurs sont sèches et j’ai des cheveux fins et souples.

    Depuis que j’utilise mon nouveau shampoing, mes cheveux s’engraissent plus vite et j’ai des pellicules. Je suis consciente que c’est la période de transition, je tiens bon. Toutefois, après lavage je me retrouve avec des cheveux plus épais, j’apprécie le volume :). Qu’en pensez vous ? Je continue ainsi puis je ferais un point par rdv dans un mois ?

    Je souhaite hydrater les longueurs comme vous le conseillé pour les cheveux type « cuir chevelu gras et longueurs sèches ».
    Avec des soins hydratants naturels du genre miel, aloe vera, compote, lait de coco…J’aimerais savoir s’il faut hydrater les longueurs avant ou après le lavage.
    Si je le fais après lavage, dois je simplement rincer au risque de me retrouver avec des cheveux un peu poisseux, ou bien relaver au risque d’agresser mes cheveux car 2 lavages ?

    Je vous remercie d’avance,

    Bien codialement,
    ESN.

    Répondre
    • Bonjour,

      Juste une question, est ce que votre shampoing est un solide ?

      Pour les hydratants c’est après le lavage car normalement vous ne risquez pas de poisse (ce ne sont pas des produits gras, sauf le lait de coco) avec miel, compote et aloe.

      Capillairement,

      Répondre
  13. Bonjour, merci infiniment pour toutes ces précieuses informations ! Je suis adepte des produits home made naturels et bio depuis 5 ans et je passe beaucoup de temps à m’informer en profondeur sur quoi faire et pourquoi. J’aime décortiquer les informations pour comprendre ce que je fais mais j’avoue que je n’ai jamais vu un site aussi complet sur les cheveux. Une vraie mine d’or ! Merci de tout mon coeur
    J’ai juste une question : j’ai lu à plusieurs reprises dans vos commentaires que les tresses sur cheveux mouillés ont abîmé vos cheveux. J’ignorais cela, pourquoi ce résultat ? Et quelle solution ? Attachez vous vos cheveux pour la nuit?
    Un grand merci pour la future réponse.

    Répondre
    • Bonjour Fanny !

      Un énorme merci tout d’abord ! N’hésitez pas à partager le site si vous aimez !

      En ce qui concerne les tresses, en fait cela dépend : ça peut être une coiffure protectrice mais si vous la serrez trop et la faites sur cheveux mouillés (et donc fragilisés), cela va avoir tendance à les casser. Ce que je fais maintenant pour protéger est que je mets de l’huile sur les pointes pour les protéger.

      Capillairement,

      Emilie

      Répondre
  14. Bonjour,
    Merci pour toutes ces infos, j’ai pu apprendre beaucoup de chose !
    Je suis un homme, et j’ai les cheveux secs avec pas mal de pellicules :'(.
    Après avoir cherché des infos un peu partout, je pense que c’est principalement du au faite que je ne faisais pas attention auparavant: Je me faisais quotidiennement un shampoing basiques (Head & Shoulders). J’essaye d’espacer au plus mes shampoing, mais j’ai beaucoup de pellicules qui apparaissent rapidement et une sensation de cheveux « sales » dès le lendemain du shampoing.
    Après avoir vu et lu pas mal de choses, je pense partir sur un shampoing sans sulfates Bio et doux (usage fréquent) pour les laver assez fréquemment tout en essayant de les espacer de plus en plus. Que pensez vous des shampoings à usage fréquent? Est ce que je pourrais avoir vos conseils svp.
    Merci beaucoup!

    Répondre
    • Bonjour,

      Merci pour votre retour . En fait la mention « usage fréquent  » pour un bon shampoing clean est un peu absurde car le but de ce genre de shampoing est justement de ne pas se laver souvent les cheveux. C’est très marketing conventionnel en fait. Plus votre shampoing est doux, plus vous pourrez l’utiliser souvent. Avez vous fini votre transition ? Ça peut être un peu long .

      Capillairement,

      Emilie

      Répondre
  15. Merci beaucoup ! Surtout pour la différence entre hydratation zet nutrition qui est souvent confondue, dont mon cas jusqu’à présent 😉 je fais essentiellement des bains d’huiles mais je ne sait pas si mes cheveux sont denutris ou déshydratés. Je vais essayer de trouver et espérer que tous ce que je fais déjà de bon pour mes cheveux (qui ne veulent pas pousser plus qu’au dessus de ma poitrine) les aide à pousser !

    Répondre
    • Bonjour,

      Si cela peut vous donner de l’espoir, avant le passage au naturel, mes cheveux n’ont jamais dépassé le haut de la poitrine, et cela en « poussant » avec des pointes très abîmées qu’il aurait en fait fallu couper.

      Maintenant avec des pointes saines je les ai largement sous la poitrine. J’ai perdu pas mal de temps en les tressant alors qu’ils étaient encore mouillés ce qui les abimaient beaucoup.

      Pour la pousse, prenez bien soin des pointes, et faites des massages doux du cuir chevelu avec de l’huile de moutarde par exemple.

      Capillairement,

      Emilie

      Répondre
  16. Franchement je trouve plus quoi dire un grand merci, c’est l’article le plus explicatif que j’ai lu sur ce sujet ça m’a beaucoup aidé à mieux comprendre les besoins de mes cheveux, finalement ils manquent d’hydratation ils sont trop assoiffés les pauvres, une question, je fais souvent des bains d’huile ce qui fait du bien à mes cheveux ils ne sont pas abîmés mais fourchus alors que je n’utilise aucune source de chaleur je comprends pas pk !!

    Répondre
    • Bonjour Sam,

      Tout d’abord un grand merci pour ce retour très gentil ! Ca fait toujours plaisir !

      En fait le bout des cheveux, les pointes, sont la partie la plus âgée des cheveux. Elles portent l’historique de votre chevelure. Du coup, si vous avez « maltraités » pendant un temps vos cheveux, elles resteront forcément marquées « à vie ». Vous pouvez d’ailleurs voire la différence entre la partie des cheveux près du crâne qui est « neuve » et en meilleur état et les pointes qui ont du vécu.

      Après il y a aussi les autres petits « trucs » qui peuvent abîmer les pointes. Les frottements avec les vêtements, les coiffures… Par exemple, les tresses trop serrées sur cheveux mouillés m’ont vraiment ruiné les pointes pendant des mois avant que je m’en aperçoive.

      En espérant vous avoir aidé !

      Bonne fin de journée,

      Emilie

      Répondre
  17. Bonjour,il y a de cela bientôt 1an j’ai coupée une grande partie de mes cheveux qui était long.Depuis plusieurs mois suite à la repousse j’ai remarquée un phénomène étrange,en effet mes cheveux qui était de base ondulée avec quelques boucles anglaises aux pointes sont devenus raides d’un côté et par la même occasion sec.Je me demande donc si cela est dû au fer à lisser,soleil,mer et shampoing acheté en grande surface.Mais je ne comprends pas pourquoi ça touche qu’une partie de mes cheveux.Merci pour vos conseils d’hydratation en ésperant qu’ils sauveront mes cheveux.

    Répondre
    • Bonjour,

      En effet c’est assez étrange comme cas. Cela ne peut provenir que d’un traitement particulier qui n’a touché que cette zone. Peut-être effectivement avez-vous trop insisté sur cette partir avec le fer. Le seul conseil que je peux vous donner c’est d’insister avec les soins sur celle-ci, et voir ce qui se passe.

      Bonne journée à vous !

      Emilie

      Répondre
  18. Bonjour.
    Merci pour cet article et les les instructions que vous donnez globalement sur ce site.
    Ma question: est il efficace de faire des soins comportants des agents nourrissants ET des agents hydratants? (Huile + yaourt nature) par exemple
    Merci

    Répondre
    • Bonjour,

      Merci pour votre commentaire. En fait cela dépend du cas dans lequel se trouve vos cheveux : si ils sont besoin d’hydratation OU de nutrition OU des deux 🙂 (c’est souvent le cas des cheveux secs de nature, bouclés, crépus par exemple). C’est pour cette raison que je recommande de tester au début l’un indépendamment de l’autre, car apporter aux cheveux quelque chose dont ils n’ont pas besoin peut avoir un effet néfaste. Par contre, je recommande d’ajouter systématiquement un hydratant en cas d’utilisation de poudres, qui ont tendance à assécher.

      J’espère avoir pu éclairer votre lanterne 🙂

      Bonne journée,

      Emilie

      Répondre

Laisser un commentaire