Pourquoi ta routine capillaire naturelle ne fonctionne pas ?

beaux cheveux au naturel

Pourquoi ta routine capillaire naturelle ne fonctionne pas ?

La routine capillaire naturelle. On te l’a vendue, sur-vendue et pourtant… ça ne fonctionne bien. Ou pas du tout comme tu l’espérais. Si je dresse un état des lieux, ça donne à peu près ceci. Ça fait plusieurs mois ou années que tu es passée à une routine cheveux naturelle. Pourtant, tu as les cheveux poisseux ou secs, abîmés, et qui ne poussent pas. Tes boucles continuent de faire des frisottis tout en ne tenant pas plus d’une journée. Côté soins, tu n’as pas l’impression de maîtriser grand-chose.

Tu n’arrives pas à rincer tes bains d’huile qui rendent tes cheveux poisseux? Ton cuir chevelu devient irrité ou reste toujours aussi gras avec ton shampoing solide soit-disant miraculeux ? Tu t’acharnes avec le miel, l’aloe vera, le rhassoul mais tes cheveux restent ternes et cassants.
Ou alors ça a bien fonctionné pendant un temps et tu as eu les cheveux brillants, doux et soyeux mais ça n’a pas tenu.

Mais le pire dans tout ça, c’est que tu ne comprends pas pourquoi. Tout semble pourtant être super simple pour les influenceuses. Et tu as déjà dépensé tellement d’argent dans les shampoings, après-shampoings, masques ou sérums bio et naturels… Mais vraiment, tu n’arrives pas à trouver une routine capillaire qui convienne à tes cheveux.

Ou alors, est-ce que tes cheveux ne supportent pas le naturel ?

Si tu te reconnais dans ce portrait, voici les raisons pour lesquelles ta routine capillaire naturelle ne marche pas !

La transition ne dure que quelques semaines

Si tu débutes, une des premières raisons avancées est la fameuse transition vers le naturel. Tu sais, la détox cheveu consistant à passer d’une routine cheveux « chimique » à une routine 100% naturelle.

Et là, je vais dire quelque chose qui va peut être te choquer : la transition capillaire vers le naturel… c’est bien en-dessous du cuir chevelu que ça se passe !

Je m’explique : le cheveu est une matière morte qui ne s’habitue à rien. Un peu comme du cuir pour comparer. Quant aux silicones et huiles minérales qui sont supposés s’accrocher aux cheveux, ils disparaissent pour la plupart au lavage. Au pire du pire ils partent à la première clarification à l’argile ou au bicarbonate. Et pour le coup, enchaîner les clarifications est une très mauvaise idée qui va fragiliser ton cheveu. Elles sont faites pour nettoyer plus “profondément” qu’un shampoing normal. Et sont forcément un peu plus asséchantes, surtout si tu ne sais pas encore comment nourrir et hydrater ton cheveu.
Alors pourquoi la transition se passe sous le cuir chevelu ? Car il faut apprendre à maîtriser le naturel d’un côté (hydratation, nutrition…) et apprendre à connaître ton cheveu de l’autre.
Et malheureusement ce n’est pas à coup d’astuces par-ci par-là que tu acquiers les connaissances nécessaires pour monter une routine capillaire durable. Il s’agit d’un véritable apprentissage ds concepts et des besoins de tes cheveux, qu’ils soient fins, épais, colorés, bouclés, lisses ou crépus !
Ton cheveu qui est unique car, et c’est peut-être le plus important de cet article, ce n’est pas parce que deux cheveux se ressemblent qu’ils ont les mêmes besoins. Mais j’y reviendrai dans la suite de cet article :).

Les produits ne conviennent pas à tes cheveux

Lorsqu’on se retrouve avec les cheveux secs, rêches ou frisottants après sa routine de lavage, on se dit souvent que le produit ne convient pas. On accuse le shampoing d’emmêler, le masque et l’après-shampoing de poisser, on arrête les huiles car elles graissent la fibre capillaire… Bien sûr les cheveux ont des affinités avec tel ou tel ingrédient et certains produits ne vont pas leur convenir (d’ailleurs le seul soin universel qui convient à tous les cheveux s’appelle le sébum, mais dans le commerce c’est comme le Loch Ness : tout le monde en parle mais personne ne l’a jamais vu 😝).

Mais je peux te dire qu’après mes plus de 2 ans de coaching, ce n’est quasiment jamais le produit le problème. Oui oui, tu me lis bien, quasiment jamais !

Alors je suis presque sûre qu’au moment tu lis ces lignes, tu ne me crois pas ! Et pourtant, je peux aussi te dire que je ne fais quasiment pas racheter de produits lors de mes coachings et que les résultats sont pourtant là !
Pourquoi ? Sans doute parce que tu les utilises mal. Ou plutôt que tu ne sais pas bien les utiliser.
Et là du coup tu en achètes de nouveaux, qui vont assécher ou poisser… tu en rachètes d’autres, et ça ne fonctionne toujours pas…

Tu es en transition ou ta routine actuelle ne te satisfait pas ? Voici mon aide gratuite !

Avec mes 3 ans d’expérience de coach capillaire, je sais que le naturel n’est pas facile à maitriser. On pense qu’il s’agit juste de changer de produit alors que le vrai enjeu c’est de savoir s’en servir ! Bien faire un bain d’huile, savoir quand hydrater, reconnaître quand un cheveu à besoin d’être clarifié, à quoi servent les protéines, comment bien faire un refresh… Et bien ça demande des connaissances qui ne sortent pas de nulle part ! Et on ne peut pas vraiment dire que le net et les réseaux sociaux soient une source fiable.

Je t’offre une base solide pour démarrer ou corriger des petites erreurs qui ruinent ta routine naturelle.

Tu as les cheveux lissesTu as les cheveux bouclés

Guide gratuit

3 raisons pour lesquels tes produits naturels capillaires ne fonctionnent pas

Dans 95% des cas quand le problème se répète, c’est l’application qui pose problème.

1 ) Le bon soin à la mauvaise place dans la routine

Quand on ne connaît pas bien le rôle et l’utilité d’une huile végétale par exemple, on ne la place pas au bon moment dans la routine capillaire.
Prenons l’huile de coco, que la plupart des cheveux adorent. C’est une huile très grasse, pénétrante et comédogène. Pour ces raisons, elle est à utiliser :

  • en bain d’huile avant le lavage (comme ça, tu vas bien pouvoir enlever le surplus sans effet gras)
  • en pose longue (car elle est pénétrante et ça prend du temps)
  • et sans toucher le cuir chevelu (car elle bouche les pores)

Ce qui n’est pas le cas de l’huile de brocolis par exemple. Riche en omega 9, elle n’a pas de capacité de pénétration pour combler les micro-brèches de la fibre capillaire. Par contre, elle va avoir d’excellentes capacités pour gainer et protéger le cheveu dans le temps. Elle est donc à poser en toute fin de routine sur cheveux secs, à raison de quelques gouttes préalablement étalées dans la main. C’est ce qui s’appelle “sceller l’hydratation” et surtout garder tes cheveux protégés.

Si certains soins peuvent se faire à différents moments de la routine, il y a tout de même des règles à respecter. Règles qui sont dictées principalement par la composition des produits et la porosité de tes cheveux.

2) Un mauvais dosage ou une mauvaise répartition

Mais encore faut-il ne pas se tromper sur le dosage ou la répartition du produit capillaire. Ça vaut surtout pour les produits sans rinçage type crème ou lait leave-in et pour les huiles ou sérums en fin de routine.
Trop de crème sans rinçage ou de gel et c’est le cheveu poisseux ou cartonné. Trop d’huile ou de sérum et c’est le cheveu poisseux ou gras.
Pas assez et c’est les boucles qui ne tiennent pas ou le cheveu sec.
Une mauvaise répartition et c’est un cheveu terne et mousseux sur une partie de la tête (bonjour les frisottis sur le haut de la tête lorsqu’on a pas mis de produit assez près des racines).
Ça peut te paraître insurmontable comme ça, mais encore une fois si personne ne t’explique correctement comment ça marche, tu ne peux pas savoir. Avec les bonnes infos, des tests et un peu de méthode, ça se passe mieux !

3) Les mauvais gestes qui annulent les effets positifs des produits

Enfin, dernier point qui concerne un peu plus les curly. Il s’agit de mauvais gestes qui vont annuler les bienfaits des produits. Comme créer des frisottis par exemple.
Je pense particulièrement à la formation des boucles : scrunching, finger coil, rake and shake… ces méthodes ne sont pas adaptées à toutes les boucles. En fonction de ton cheveu, de ta longueur (et de ton emploi du temps), tu as le choix.
Quelque soit celle que tu choisis, elle doit être maîtrisée.

Le scrunching, par exemple : si il est mal fait même avec les bons produits peut te créer des frisottis.

Pour les cheveux lisses, des coiffures trop serrées, un essorage ou un démêlage trop violent peut rendre tes cheveux cassants et ruiner ta routine capillaire naturelle.

Tu te trompes sur ta porosité

Tu as peut-être entendu parler de la porosité des cheveux. Ce n’est pas un mythe : les cheveux sont comme une éponge, et ont une capacité plus ou moins grande à absorber l’eau ou les produits. C’est essentiellement dû à l’ouverture et à l’état des cuticules, qui est leur petit bouclier. Comme tu le vois sur le schéma, plus les cuticules sont ouvertes, plus l’eau passe. On classe généralement les cheveux en porosité faible, moyenne ou forte. Le cheveu d’en haut est peu poreux tandis que celui d’en dessous à une forte porosité.

porosité du cheveux

La porosité est un élément intéressant (mais pas indispensable) à connaître pour se diriger vers la bonne routine capillaire naturelle.
Le problème, c’est qu’on conseille souvent le fameux test du verre d’eau pour connaître cette porosité. En gros tu mets une mèche de cheveux dans un verre : si elle flotte ils sont peu poreux, si elle coule ils sont poreux.
Sauf que cette pratique est complètement infondée (pour pas mal de raisons que je n’ai pas le courage d’exposer ici, j’avoue 🙃) et à donné la fausse idée à plein de gens que leur cheveu était peu poreux.
Idem pour l’huile : beaucoup de personnes ont l’impression que leur cheveux ne supportent pas les huiles. Alors que des cheveux poisseux après un bain d’huile ou de l’huile en fin de routine peut avoir pas mal de raisons : mauvaise application, mauvais dosage, mauvais rinçage ou huile inadaptée. Mais ça n’est pas du tout un critère fiable pour dire que tes cheveux sont peu poreux.

Concrètement, la porosité est liée à l’état des cheveux ou à sa nature : plus un cheveu est abîmé ou fin, plus il va être poreux. Plus un cheveu est gros de diamètre et “sain”, moins il va être poreux.

Les cheveux à texture sont aussi naturellement poreux. Plus un cheveu va être bouclé, frisé ou crépus, plus sa porosité sera haute. Un cheveu ondulé sera sur une porosité plus basse. Mais attention, ça ne veut pas dire qu’un cheveu frisé ou crépus est un cheveu abîmé ou malade. Ça c’est un mythe venant de la méconnaissance des cheveux à texture et afros.

Ce n’est pas parce que deux cheveux se ressemblent qu’ils ont les mêmes besoins

Autre source d’erreur très fréquente : essayer de copier la routine de quelqu’un d’autre. Tu te dis que cette personne à aussi les cheveux fins, mi-longs, ondulés et le cuir chevelu gras. Et que donc, vous devriez avoir la même routine… Et ça, c’est humain, mais ça t’induit en erreur ! Essentiellement parce que ce n’est pas parce que deux cheveux se ressemblent qu’ils ont les mêmes besoins.
Ton cheveu et ton cuir chevelu sont le fruit d’un ensemble d’éléments aussi bien génétiques qu’épigénétiques : les gènes eux-même, ton système hormonal, ton alimentation, ton hygiène de vie, ton environnement…
Donc à moins de trouver quelqu’un qui ait les mêmes parents, mange pareil et vit au même endroit que toi, c’est râpé pour avoir les mêmes cheveux 🙂.
C’est d’ailleurs quelque chose que j’ai souvent constaté parmi mes clientes. Sur une centaine, il n’y en avait pas deux qui avaient la même routine, alors même que leurs cheveux avaient, a priori, les mêmes caractéristiques.
Je déteste sincèrement ce message qui circule disant “si moi je peux le faire, n’importe qui peut le faire”. Je le trouve extrêmement culpabilisant car il nous mettrait toutes et tous sur un pied d’égalité au départ, et que ceux qui échouent le font par paresse ou manque de volonté. Ce qui est archi-faux. Encore pire pour les régimes alimentaires mais bref, ce n’est pas le sujet ici…

Dans tous les cas, ton cheveu n’est pas pourri

Et je sais très bien ce qui découle de toutes ces situations sur le pan psychologique : sentiment d’échec, culpabilité, incompréhension, perte de confiance en soi… On t’a vendu la Lune et tu descends plus bas que terre. Les cheveux ont une telle importance que leur portée dépasse de loin le seul aspect esthétique. Sans compter l’enjeu écologique dont de plus en plus d’entre nous sont conscientes et conscients.

Je l’ai tellement entendu dans les mots de mes coachées : “je suis nulle”, “je ne comprends rien au naturel”, “je m’adresse à toi mais je n’ai plus d’espoirs”. Et ça je peux le dire aussi : tu n’es pas seules. Vos cas sont très similaires les uns aux autres car vous faites les mêmes erreurs.

Et surtout : tes cheveux ne sont pas pourris ou allergiques au naturel. Ça n’existe pas ! Tu peux ne pas supporter une substances, car qui dit naturel ne dit pas inoffensif. Mais tu ne peux pas être allergiques aux poudres ayurvédiques, aux huiles végétales, aux glucosides aux glutamates, à l’aloe vera et au miel.

Quand tu finis par te retrouver à penser ça, c’est vraiment qu’il faut tout reprendre à zéro.

Bien entretenir ses cheveux, c’est bien les connaître et connaître le naturel

Et en fait, rien de tout cela n’est de ta faute. Tout simplement car les infos que tu trouves sur le net ne sont pas fiables. Tu voudrais apprendre à tricoter sans mode d’emploi en agitant tes aiguilles autour de la laine ? Le naturel c’est pareil, il faut des bases.

Le but de cet article n’est pas du tout de te culpabiliser mais de te faire prendre conscience que le problème n’est pas là où tu penses 😉.

Pour bien réussir sa routine naturelle personnalisée, il faut savoir ce qu’on fait.

Les soins et les produits : avant d’acheter un produit ou de faire un soin, il faut savoir exactement à quoi il va servir. Out les recettes avec 5 ou 6 ingrédients trouvés un peu au hasard sur le net. Un soin = un besoin. Si il n’y a pas de besoin il n’y a pas de soin.

Par exemple, l’après-shampoing à vocation à démêler. Si tu as les cheveux qui se démêlent bien, tu peux sauter cette étape.

Et par besoin, j’entends un besoin précis. Soigner un cheveu sec et faire tenir les boucles par exemple ne sont pas des besoins précis. Pourquoi tes cheveux sont secs ? Pourquoi tes boucles se détendent ?

Soigner ses cheveux au naturel, c’est un apprentissage. Mais c’est un apprentissage durable qui donne confiance en soi 😉.

Tu veux en savoir plus ? Cliques ici si tu as les cheveux lisses, ici sur tu as les cheveux bouclés et ici si tu as les cheveux blancs.

D’autres ressources pour t’aider à devenir une Crinière Libérée

Le guide gratuit

Tu veux de vraies infos pour enfin bien avancer avec tes cheveux ? Celles qui sont la base indispensable et qui t’empêchent de faire les erreurs qui t’empêchent d’avancer ? C’est cadeau et c’est par ici !
Télécharger le guide gratuit

Libère ta Crinière !

C’est le guide ultime et ultra-complet du naturel. Ma méthode pour construire pas à pas la routine qui te fera la chevelure que tu recherches.
Découvrir ton guide vers le naturel

Laisser un commentaire